RESEAU CIVAM RESEAU CIVAM CAMPAGNES VIVANTES

Recherche

Pas encore inscrit ? Créer un compte
(Réservé aux membres du réseau, salariés et administrateurs)


Accueil et échanges : Notre conception


1.  Présentation 2.  Axes de travail 3.  La commission AEMR 4.  Partenaires

 

Une diversité d'axes de travail

 

Pour répondre à ces enjeux de nombreux chantiers de travail nationaux ont vu le jour :

 

  • Accueil éducatif à la ferme : structurer et outiller un réseau d’accueil éducatif à la ferme.. Voir plus.
  • Accueil à vocation sociale à la ferme : structurer un réseau d’accueil social à la ferme, favoriser l’interconnaissance des acteurs et créer de nouveaux partenariats, capitaliser les expériences, accompagner les porteurs de projets... Voir plus.
  • Or gris : répondre aux enjeux du vieillissement de la population, notamment accueillir l’arrivée de retraités en rural et valoriser l’engagement de personnes retraitées
  • Recherche-action « Agriculture et services » : interroger la multifonctionnalité de l’agricultures et notamment son rôle dans la production de services. Etudier l’impact de ces activités sur les territoires. Voir plus.
  • Diversification et droit rural : outiller les porteurs de projets sur les statuts des activités diversifiées. Voir plus.
  • L’alimentation pour tous : interroger le rôle de l’alimentation dans la santé, le lien social, l’estime de soi, la transmission culturelle, le bien vieillir, la citoyenneté... Favoriser la capacité de tous, y compris les plus précaires, à accéder de manière autonome à une alimentation de qualité et durable. Voir plus.
  • Prix de l’accueil social : penser l’autonomie et la viabilité des fermes via la maîtrise des prix, étudier la construction du prix, rechercher la justice dans le prix. Voir plus.

 

Au sein des groupes CIVAM d'autres projets s'inscrivent dans la même dynamiques:

 

 

 

S’appuyer sur les groupes et sur le collectif

 

Pour mener à bien ces chantiers, il est nécessaire d’accompagner le développement des compétences des agriculteurs, de produire des méthodes d’accompagnement innovantes et de construire des partenariats structurants en assurant un décloisonnement des acteurs.

Il s’agit aussi, par la capitalisation des initiatives et la mutualisation des expériences, d’évaluer les impacts des activités et créer les conditions de leur démultiplication.


Enfin, le développement  de ces chantiers d’actions, ne se fera pas sans un soutien institutionnel. Il est nécessaire de réinterroger les politiques agricoles d’une manière plus large en y intégrant les questions de l’alimentation, de la multifonctionnalité. Nous souhaitons en outre susciter le débat public et citoyen autour de ces questions.