RESEAU CIVAM RESEAU CIVAM CAMPAGNES VIVANTES

Recherche

Pas encore inscrit ? Créer un compte
(Réservé aux membres du réseau, salariés et administrateurs)


Terre d’échange en Ségala...


... Une expérience novatrice d’accueil menée sur les fermes du Tarn et Garonne !

Dans le cadre de ses actions en faveur de l’accueil social à la ferme et de la promotion des échanges en milieu rural, le CIVAM Semailles a accueilli en septembre 2011, un groupe de jeunes handicapés italiens en Tarn et Garonne.

 

Ce séjour de 10 jours était en réalité un échange entre deux groupes de jeunes adultes handicapés mentaux, les uns arrivant de Gênes, encadrés par des éducateurs d’ISFORCOOP et les autres étant résidents de Sol’Handi, foyer d’accueil de jour basé à Varen (Tarn et Garonne). Isforcoop est une association italienne spécialisée dans la formation de personnes défavorisées ou  vulnérables. Pour soutenir financièrement ce projet, le CIVAM a sollicité et obtenu une subvention de la communauté européenne dans le cadre du programme « Jeunesse en action- Echanges de jeunes ».

 

SégalaL’objectif de ce séjour était double : permettre un échange entre deux communautés qui ont peu d’opportunité de s’ouvrir vers l’Europe et faire découvrir le milieu rural et les activités agricoles à de jeunes citadins. Le CIVAM a donc mobilisé son réseau d’adhérents agriculteurs qui a largement répondu présent, pour permettre à ces jeunes de découvrir de façon interactive les activités de l’élevage et du maraîchage. L’accent a été mis sur le contact avec l’animal d’une part et la sensibilisation à la qualité de l’alimentation d’autre part, avec des dégustations de produits fermiers et même des ateliers cuisine utilisant les produits récoltés sur les différentes exploitations !

 

Les activités interactives faisant appels aux cinq sens ont été particulièrement appréciées : le contact avec les animaux, la dégustation de produits de la ferme, la récolte de fruits et légumes… Ce fut l’occasion pour les éducateurs, de mettre l’accent sur l’importance de la qualité des outils pédagogiques et de la formation des accueillants. En effet, ce public a des besoins très spécifiques en termes de supports pédagogiques, par exemple. Le bénéfice induit d’une activité sur les capacités de mémorisation et de développement cognitif des jeunes handicapés repose sur la capacité de l’animateur à les impliquer dans cette activité, notamment par le biais de supports matériels qu’ils peuvent garder pour être « revisités » et retravaillés a posteriori.

 

Cette expérience était en parfaite adéquation avec les projets pédagogiques des structures Sol’Handi et Isforcoop. Dans les deux cas en effet, la priorité est donnée à l’autonomisation des handicapés et leur intégration dans la société. Il s’agit aussi de valoriser ces publics, de leurs donner confiance en eux-mêmes. Pour cela, il est nécessaire de proposer de nouveaux défis à relever, sans que le niveau de difficulté risque de mettre les jeunes en situation d’échec.

 

Les encadrants et organisateurs ont tous pu constater que l’obstacle de la langue, pourtant appréhendé par les jeunes eux-mêmes, n’en fut pas un. Les deux groupes sont allés spontanément à la rencontre l’un de l’autre, sans aucun a priori et des liens se sont très vite crées entre eux. Le fait d’avoir su relever ce nouveau défi constitue pour tous les participants, un pas supplémentaire vers l’autonomie et la prise de confiance en soi, qui leur permettra d’affronter plus sereinement les nouvelles expériences à venir. Martina, l’une des participantes italiennes en témoigne :

 « Au début, je ne voulais pas venir car j’avais peur mais maintenant je suis contente, très heureuse.».

 

Au bilan, l’échange fut humainement très riche et les jeunes se sont séparés avec des souvenirs plein la tête, riches de nouvelles rencontres et surtout, fiers d’avoir participé à cette extraordinaire aventure !