FEDERATION NATIONALE DES CIVAM FEDERATION NATIONALE DES CIVAM CAMPAGNES VIVANTES

Recherche

Pas encore inscrit ? Créer un compte
(Réservé aux membres du réseau, salariés et administrateurs)


Colloque "Migrations et Milieu Rural" - Enregistrements disponibles !


Créé le 27/06/17

Les réseaux CIVAM et Accueil Paysan ont organisé un colloque sur le thème "Migrations et Milieu Rural" les 8 et 9 juin 2017. Les enregistrements sont maintenant disponibles (en cliquant sur les liens en vert) !

 

 Colloque


Introduction

Introduction générale par Jean-Claude Balbot, secrétaire national de Réseau CIVAM (9 min)

 

 

Définitions, parcours migratoires, dispositifs d'accueil


La Cimade

La Cimade est une association créée en 1939 pour accompagner les personnes déplacées contre leur gré. Elle s'est imposée aujourd'hui comme une association de référence concernant l'accompagnement des personnes exilées dans leurs méandres administratifs et, de par ses missions de plaidoyer, tente de s'affirmer auprès des institutions quant aux questions migratoires. Nos deux intervenants reviennent sur les définitions (migrant-e, réfugié-e, demandeur-se d'asile...), les mouvements migratoires et les dispositifs d'accueil (centre d'accueil pour demandeur-se d'asile, centre d'accueil et d'orientation...), éléments essentiels pour décrypter le contexte migratoire et politique d'accueil des exilé-e-s.

 

Cimade

  • Marie HENOCQ : temporairement responsable des pôles thématiques de la Cimade, plus durablement en poste sur la coordination du réseau de la Cimade en Bretagne et Pays de la Loire.

  • Gérard SADIK : spécialiste des questions asile.

Présentation de la Cimade et clarification des termes par Marie Hénocq (15 min)

Diaporama : Migrations de proximité et dispositif d'asile par Gérard Sadik (à venir)

 

Table ronde
L'implantation d'un centre d'accueil en milieu rural : modalités et impacts

Lors de cette table ronde a été abordé un thème récurrent dans les débats, celui de l'accueil : quelles en sont les modalités et les impacts en zones rurales ? Ce thème fait suite aux préoccupations de nombres de personnes membres des réseaux Accueil Paysan et CIVAM qui, en réponse à une politique de plus en plus musclée vis-à-vis des étrangers et à la forte médiatisation des craintes, se questionnent sur les actions concrètes d'accueil à mettre en œuvre et plébiscitent un retour à une véritable politique d'hospitalité. Pendant cette table ronde ont été discutées les capacités d'accueil du milieu rural et l'impact des politiques de gestion des flux migratoires sur les migrants et sur les campagnes, à travers l'exemple de l'ouverture d'un centre d'accueil de demandeurs d'asile à Boën-sur-Lignon.

Table ronde au complet

 

 

Marchandisation de l'accueil et politiques de contrôle

La première partie de matinée du vendredi 8 juin était consacrée au thème de la marchandisation de l'accueil, c'est-à-dire l'évolution des politiques d'accueil liée à la prolifération des centres de rétention et d'accueil, prolifération qui crée de nouvelles opportunités pour des acteurs non-étatiques en charge des services socio-sanitaires liés à l'accueil des étrangers.

Marie Bassi et Irena

 

  • Marie BASSI : politiste chargée d'enseignement à l'Université Paris 3 au sein de laquelle elle a mis en place un programme pour accueillir des demandeur-se-s d'asile et réfugié-e-s (ce programme est partie prenante du Résome, réseau pour favoriser le retour aux études des exilé-e-s). En faisant le parallèle avec le cas de la Sicile, région rurale et pauvre d'Italie et porte d'entrée de l'Europe pour de nombreuses personnes exilées, elle questionne l'impact de la multiplication des dispositifs d'accueil et d'enfermement de ces derniers, ainsi que l'ambiguïté des acteurs non-étatiques devenus des acteurs incontournables du système de contrôle des migrations. Son intervention ici.

     

  • Irena HAVLICEK : membre à la fois de Scarabées, association de solidarité avec les réfugié-e-s et exilé-e-s à Malakoff, et du Collectif des associations citoyennes (CAC), collectif engagé pour la reconnaissance de la contribution des associations à l'intérêt général. S'appuyant sur ses expériences personnelles, elle propose sa lecture de l'évolution des politiques d'accueil des migrants vers des logiques d'appels d'offre et de contractualisation, de ses impacts sur la sphère sociale en générale. Son intervention ici.

 

Migrations et agricultures

En seconde partie de matinée nous avons abordé le rapport entre migrations et agricultures. Jusqu'alors, les questionnements des paysans de nos réseaux étaient principalement portés sur les impacts de la mondialisation, en particulier des politiques agricoles exportatrices sur les paysanneries du Sud, avec l'idée que la déstabilisation des marchés au Sud entrainait l'exode des paysans et provoquait une partie du phénomène migratoire. Nous avons ici tenté de renverser la question pour s'interroger sur les impacts des migrations sur nos systèmes de production agricole. A cet égard, la question du travail saisonnier avait été largement étudiée et dénoncée dans les années 1970. Néanmoins cette réalité – pourtant toujours actuelle – de l'emploi massif de personnes étrangères dans des conditions proches de l'exploitation pour les travaux saisonniers semble aujourd'hui passée de mode.

Depuis peu, la recherche s'interroge à nouveau sur ce rapport entre migrations et agricultures. De nouvelles données sont mises à la lumière et viennent bouleverser les conceptions de l'agriculture et de façon générale les valeurs portées par nos réseaux.

 

Monique

Monique POULOT : géographe à l'Université Paris Nanterre, membre du Collectif de recherche Proxima (devenu Cohagri). Elle témoigne de l'existence d'un phénomène moins visible : le développement d'une agriculture largement informelle basée sur les réseaux et les filières migratoires. Elle présente divers cas d'étude de migrants, dont il est difficile de connaître le statut, qui trouvent à travers l'agriculture une opportunité de survie, puis parfois d'insertion. Son intervention ici.

 

Malheureusement, des impératifs de dernière minute ont empêché nos intervenants d'Agros Migrateurs de venir témoigner, mais nous les remercions tout de même pour l'attention qu'ils ont portée à ce colloque. Nous espérons que les contacts seront maintenus pour continuer à avancer ensemble et faire le lien entre ces jeunes et nos paysans.

 

Campagnes françaises et dynamiques migratoires : quelles perspectives ?

Collectif de recherche récemment constitué, le collectif Camigri reflète l'engouement tout à fait renaissant pour l'objet rural étudié au prisme des migrations. Ce projet de recherche sur le thème « Campagnes françaises et dynamiques migratoires » tente de décloisonner des domaines d'études qui classiquement s'ignorent. Contrairement aux rares travaux s'attelant à cette même tâche, ce projet répond à une volonté d'éclairer les bouleversements à l'œuvre dans les campagnes plutôt que de travailler sur des logiques migratoires spécifiques.

Bénédicte Michalon et Pierre Pistre nous ont présenté le projet de recherche du collectif, s'appuyant sur les résultats de leurs travaux antérieurs pour résumer les principales questions qui se posent actuellement concernant la façon dont les migrations internationales, dans leur diversité, s'inscrivent dans des processus d'évolution des espaces ruraux.

Camigri

 

  • Bénédicte MICHALON : géographe au CNRS, spécialiste des politiques de contrôle. Elle s'intéresse à la façon dont les questions de l'asile sont de plus en plus liées aux espaces ruraux par le biais de l'hébergement. Elle propose une analyse comparative des politiques nationales d'asile, questionnant la façon dont chacun des Etats européens légitime sa politique de « dispersion » des demandeurs d'asile dans des espaces ruraux. Son intervention ici.

  • Pierre PISTRE : géographe à l'Université de Limoges, spécialiste des migrations résidentielles dans les campagnes françaises. A travers la présentation de ses travaux précédents basés sur une approche quantitative, il replace les phénomènes migratoires internationaux dans une dynamique plus large que sont les espaces ruraux. Son intervention ici.

 

Les actes du colloque seront réalisés par Transrural Initiatives et seront bientôt mis en ligne !