RESEAU CIVAM RESEAU CIVAM CAMPAGNES VIVANTES

Recherche

Pas encore inscrit ? Créer un compte
(Réservé aux membres du réseau, salariés et administrateurs)


Colloque PAC - FNCIVAM WWF


Créé le 22/10/08

Quand acteurs environnementaux et agriculteurs croisent leur regard pour une PAC qui soutienne une agriculture durable en harmonie avec l’homme, l’environnement et l’économie.

  

Pas moins de 230 personnes étaient présentes pour participer au débat sur la PAC et l’agriculture durable (AD) organisé par WWF et la FNCIVAM, autour de 4 ateliers de réflexion impliquant 15 intervenants français et européens. Claude Dumont et Denis Gaboriau respectivement pdt de WWF et de la FNCIVAM ont en introduction réaffirmé un partenariat qui semble séduire M. Barnier, Ministre de l’Agriculture qui estime «avoir des points communs avec nos organisations et arriver à des positions communes».

 

Pour nos présidents il s’agit d’une part «de renforcer la culture écologique des agriculteurs et d’autre part de consolider la culture agricole des écologistes» et d’autre part de «faire émerger l’AD développée depuis 20 ans par les civam sur la scène politique» et «proposer dans le cadre du bilan de santé de la PAC un projet alternatif crédible qui réduise l’empreinte écologique de l’agriculture».

 

D. Gaboriau interpelle le ministre sur le constat «que les pratiques innovantes conduites avec peu d’aides publiques, ne soient pas d’avantage encouragées et qu’il est urgent de sortir d’une situation où l’orientation des aides joue contre l’AD pratiquée dans nos réseaux».

 

C. Dumont rappelle au ministre que la ligne budgétaire dans laquelle sont inscrites les dépenses de la PAC s’intitule «gestion durable des ressources naturelles» et que ceci doit faire sens. Il précise que la légitimité de la PAC passe par le fait que l’argent public soit investi suivant 2 principes : le strict respect du principe pollueur payeur ; le financement des biens publics. D. Gaboriau insiste sur «une PAC plus préventive et équitable et rappelle par un lien avec la crise financière actuelle que les marchés ne s’autorégulent pas et que l’agriculture n’y fait pas exception ainsi l’alimentation, la gestion équilibrée des territoires et des ressources naturelles sont des choses trop importantes pour être laissées au marché sans que l’Europe intervienne, nous ne souhaitons pas d’une PAC qui favorise la concentration de la production, la disparition des exploitations et d’un tissu rural dynamique».

 

Il semble que M. Barnier est bien reçu les messages puisque pour lui «il faut construire un modèle agricole durable, c’est une obligation». Les exposés et débats ont montré que l’agriculture doit faire face à des défis majeurs du local au global : faim dans le monde et sécurité alimentaire, enjeux environnementaux importants, changement climatique, perte de la biodiversité, pollution des eaux, absence de gouvernance mondiale centrée sur le développement et de mise en place de politiques agricoles responsables permettant à la communauté internationale de répondre à ces défis. On peut parler d’un consensus parmi les participants autour de l’importance de ces enjeux et l’urgence d’y répondre.

 

Ainsi des principes pour changer le modèle agricole ont été identifié : l’agriculture question de société, le besoin de régulations et de politiques publiques. Une proposition intéressante a émergé : considérer l’environnement comme élément fédérateur, comme lien commun de solidarité internationale. Il est nécessaire à travers les moyens à mettre en oeuvre de promouvoir un modèle agricole eco-productif, et eco-responsable, une PAC accès sur un contrat de viabilité écologique. Les discussions sur la boîte à outils pour réformer la PAC se sont concentrées sur les moyens pour faire évoluer les instruments en faveur de l’AD.

 

En conclusion, la richesse des débats reflète la richesse des expériences dont il faut maximiser l’utilisation et la pertinence, et l’importance d’une approche qui se nourrit du terrain et de la diversité des points de vue. C’est ce qu’on voulu prouver nos 2 organisations en croisant les regards des défenseurs de l’environnement et des agriculteurs méthode de concertation innovante aux yeux du ministre pour qui «c’était une première de venir à ce genre de manifestation, je n’en ai pas l’habitude, j’espère ainsi créer de nouveaux liens».

 

Retrouvez l'ensemble des interventions du colloque dans le dossier du participant.