RESEAU CIVAM RESEAU CIVAM CAMPAGNES VIVANTES

Recherche

Pas encore inscrit ? Créer un compte
(Réservé aux membres du réseau, salariés et administrateurs)


L’Agriculture Durable de Moyenne Montagne en Auvergne


Depuis le début du projet Agriculture Durable en Moyenne Montagne en janvier 2010 (projet Massif Central), 22 fermes ont été diagnostiquées avec les méthodes IDEA, Planète et Diaterre en Auvergne et plus d’une centaine sur le massif central.

 

Plus de la moitié des 22 fermes sont en circuits courts pour tout ou partie de leur production. Dans ce système de commercialisation la valeur ajoutée qui reste sur la ferme est supérieure à celle d’un circuit long et permet d’améliorer le revenu dégagé par la production. Sur les fermes diagnostiquées nous pouvons observer une volonté de l’ensemble des agriculteurs de conduire une réflexion sur la durabilité et leur façon de produire. Des moments collectifs permettent le dialogue entre agriculteurs, en agriculture biologique ou non (environ la moitié des producteurs sont en agriculture biologique). Ceci crée des espaces d’échanges autour de méthodes innovantes, qui demandent  à l’agriculteur une certaine technicité, en adéquation avec une agriculture actuelle. Dans ce contexte, les agricultures ne se confrontent pas mais se nourrissent, permettant aux agriculteurs de rapprocher leurs systèmes de production.

 

D’autre part l’objectif serait de couvrir plus largement le territoire auvergnat pour créer de meilleures dynamiques locales.

 

Dans l’optique de mettre en valeur ces démarches vers l’agriculture durable, plusieurs documents de communication et de sensibilisation ont été créés. Notamment des fiches de présentation de fermes « alternatives ». Plusieurs fiches de présentation de différents systèmes de production ont également été réalisées. Tous ces documents ont été mis en ligne pour être accessible à tous sur le site du projet www.agriculture-moyenne-montagne.org

 

Les formations

La gestion de l’herbe, l’engraissement à l’herbe, l’homéopathie en apiculture, la reconnaissance des plantes bio-indicatrices et bio-pesticides sont des exemples de formations mises en place depuis 2010. La formation est un moyen d’accompagnement qui doit être suivi sur les exploitations d’expérimentation, amenant parfois des travaux de groupes sur le long terme.

 

Vers l’avenir

L’agriculture de moyenne montagne doit s’adapter aux contraintes, qu’elles soient géographiques, climatiques ou socio-économiques. Les productions sont en général de qualité s’appuyant sur leur typicité pour créer des productions originales de caractères. L’agriculture en moyenne montagne est un atout pour la valorisation des territoires. La plupart des agriculteurs croient en l’évolution de leur profession et en une agriculture permettant de vivre de leur travail. A leur échelle, ils prouvent qu’il est possible de vivre sainement aujourd’hui pour laisser une chance aux agriculteurs de demain.