Valeurs du réseau


Les CIVAM et la FNCIVAM


Le réseau CIVAM (Centres d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et Milieu rural) est un acteur associatif du développement agricole et rural qui œuvre depuis plus de 50 ans pour des campagnes vivantes et solidaires. Sa spécificité repose sur :

  • La référence aux valeurs humanistes de l’éducation populaire, l’ouverture d’esprit,
  • La place essentielle des agriculteurs et des ruraux dans l’évolution des pratiques agricoles et du développement des campagnes,
  • Le rôle des groupes dans l’innovation au sein du réseau,
  • L’échange et le partage entre les animateurs du réseau et le travail avec des partenaires multiples et variés qui favorise l’essaimage des nombreuses initiatives au sein et en dehors des CIVAM,
  • La vision CIVAM du développement agricole et rural s’appuie sur les savoir-faire, les expériences, les énergies des agriculteurs et des habitants des territoires qui complètent et enrichissent les recherches scientifiques et le conseil technique qui en découle.

Les CIVAM : des hommes et des territoires

Les CIVAM (Centres d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu rural) se singularisent par la prise en compte de la complexité du milieu rural et du développement agricole. Les démarches entreprises répondent à une vision sociale et politique et se traduisent par le développement d’outils et de pratiques qui peu à peu apportent des solutions aux défis à venir.

 

Le collectif

Les CIVAM pensent que l’ouverture à l’autre est bénéfique. Ce sont des lieux et espaces de lien social où le collectif et, plus largement, le fonctionnement en réseau favorisent la liberté intellectuelle. Le travail collectif et la mise en réseau permettent aux membres d’inscrire leur propre histoire dans celle du groupe qui s’inscrit elle-même dans celle du réseau.

 

Le métier de paysan

Le métier de paysan est, au-delà d’une profession exigeante et indispensable, un engagement et une responsabilité vis-à-vis des populations, des ressources (eau, énergies, sols….). Les rythmes de travail, la soumission directe aux aléas du climat et des marchés, les connaissances techniques, d’observation et de gestion nécessaires rendent ce métier à la fois difficile et passionnant. Aussi les CIVAM considèrent que les paysans doivent être reconnus et valorisés dans leur métier. Ils doivent pouvoir participer à des formations et aux décisions importantes face aux enjeux alimentaires, sociaux et environnementaux.

 

Les techniques

Les CIVAM prônent une agriculture proche des hommes, des territoires et de la nature. Ils développent des systèmes de production qui s’appuient sur les principes de l’agro-écologie. Si l’efficacité environnementale, économique et sociale de ces systèmes a été maintes fois prouvée, les CIVAM n’ont pour autant pas de modèle nouveau « clé en mains » à proposer mais une démarche permettant à chacun de trouver sa solution au sein d’un collectif.  Aucune technique n’étant vertueuse en soi, les CIVAM considérent que les modes de production et d’organisation doivent être contingents d’une perspective politique qui garantit la préservation des biens communs et le partage des ressources et des productions.

 

Le territoire

Les CIVAM sont concernés par le devenir des territoires ruraux dont ils ont une vision globale et dynamique. Le territoire est un lieu de lien social et nous nous attachons à en comprendre l’histoire, la géographie et la sociologie pour en avoir un usage concerté avec les autres acteurs.

 


Les CIVAM : un réseau, une démarche

Le monde agricole et rural fait face à des problèmes multiples et complexes (pollution des eaux, érosion des sols, diminution de la biodiversité, diminution continue du nombre d’actifs agricoles, fragilité économique, désertification des services publics, enclavement, tensions autour du foncier, isolement social…). Pour répondre à ces enjeux, les CIVAM (Centre d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu Rural), en réseau, expérimentent en consolidant les avancées et les progrès par la diffusion, en confortant des alliances avec des acteurs sociaux, environnementaux, de la recherche…

 

Une méthode au lieu de prescriptions

L’innovation par les agriculteurs – paysans-chercheurs – et la diffusion de ces initiatives sont un levier important pour le changement. Les CIVAM travaillent sur une multitude de moyens d’action différents (usage et partage des terres et des ressources, politique alimentaire et aide alimentaire, établissement des prix, construction des services dans une économie de proximité, traductions fiscales et comptables de l’autonomie, l’économie et la robustesse…). Le point commun à tous ces travaux en dehors des valeurs portées par le réseau, est la méthode utilisée pour les développer. Les CIVAM sont des accompagnateurs, des accoucheurs mais pas des préconisateurs.

L’objectif est donc de permettre l’appropriation d’une méthode adaptée à la diversité afin de permettre aux acteurs de co-construire leurs propres solutions en utilisant leurs propres ressources.

 

La mise en réseau comme démultiplicateur

L’une des forces des CIVAM est d’avoir maintenu des groupes locaux permettant le foisonnement et le renouvellement des idées, des initiatives et des projets.

L’animation des groupes par des salariés et le bon fonctionnement de la tête de réseau sont deux leviers importants pour favoriser les initiatives (issues des groupes), les valoriser et les démultiplier (c’est le rôle de la FNCIVAM et des fédérations).

 

L’ouverture

Les initiatives portées par les CIVAM sont variées ce qui permet à la FNCIVAM de dialoguer avec des partenaires très hétérogènes. Les CIVAM sont ouverts et solidaires et souhaitent une participation éclairée des autres acteurs de la vie rurale.

La FNCIVAM travaille en partenariat avec les acteurs de l’environnement, du social, de l’économie, de la solidarité et bien évidemment du développement agricole et rural qu’ils soient institutionnels, décideurs, associations, fondations, prescripteurs…