Systèmes alimentaires : Notre conception


Les circuits courts ne se limitent pas, pour les CIVAM, à un mode de commercialisation mais consistent en un levier d’insertion, de développement territorial multi-acteurs et de changement de pratiques. Ils sont une source de liens sociaux et participent à la pérennité des exploitations à taille humaine. Ils représentent ainsi l’un des outils permettant de rapprocher les productions agricoles, qu’elles soient alimentaires ou non, des besoins et des attentes des acteurs et des habitants des territoires.

 

Les Systèmes alimentaires et agricoles territorialisés (SAAT)

saat

 

Les systèmes alimentaires et agricoles territorialisés sont la manière dont la société s'organise à l'échelle des territoires pour se réapproprier l'alimentation, de la production à la consommation en passant par la distribution. Les systèmes alimentaires et agricoles territorialisés reposent la question des formes de gouvernance, de réappropriation de l'alimentation par l'ensemble des acteurs et des formes de coopération entre acteurs.

 


Derrière les systèmes alimentaires et agricoles territorialisés, on entend des systèmes reliés à leur territoire mais non pas isolés des autres territoires (question des échelles, articulation et formes de coopérations entre les régions).

 


Pour les CIVAM, une approche par les SAAT doivent permettre de :

  • Promouvoir une démocratie alimentaire et permettre à tous d'avoir accès à une alimentation choisie,
  • Favoriser des processus de transition vers des systèmes de production durables
  • Réfléchir à la question alimentaire en tant que politique publique
  • Penser l'articulation des échelles de territoires et la question de l'autonomie
  • Créer la rencontre et décloisonner les acteurs, créer des alliances et sortir de la dualité producteurs-consommateurs.

 

Pour en savoir + : lire les propositions du  réseau InPACT sur les systèmes alimentaires et agricoles territorialisés.

 


 

Le réseau CIVAM est fortement engagé sur des projets de relocalisation alimentaire, en vente directe ou en circuits courts de distribution, avec des paysans et des habitants. Il s'engage au cœur de politiques alimentaires territoriales qui permettent un meilleur accès à une alimentation de qualité pour tous, le maintien ou même le développement d'une agriculture proche des citoyens, la consolidation d'activités rurales non délocalisables, une adéquation entre la production et les besoins alimentaires qui limite la concurrence et favorise la coopération entre paysans.

 

 

vente directe civam

 


Mais au-delà d'un commerce de denrées agricoles, même local, les CIVAM s'attachent à l'équité dans les échanges (commerce équitable local), la participation de tous les acteurs concernés aux décisions et à l'organisation des politiques alimentaires (démocratie, éducation populaire, interconnaissance des acteurs), le respect des terres et des hommes (pratiques agro écologiques, bien-être des producteurs et des citoyens), une alimentation de qualité accessible à prix juste et transparent (information sur les coûts de production, les marges, les soutiens et les modes de production, éducation à l'alimentation, solidarité).


 

Au sein de la commission SAAT se relient alimentation, santé, agriculture et territoires, se prend en compte la spécialisation actuelle des régions qui oblige à penser la relocalisation avec une nouvelle diversification des productions. La diversification nécessite de penser les filières du champ à l'assiette, et donc de redonner leur place aux unités de transformation et d'expédition locales. Les responsables politiques locaux doivent en mesurer les enjeux pour l'avenir. La compétitivité immédiate ne doit pas être au centre, mais c'est une économie sociale et solidaire locale et durable qui est en jeu, avec un esprit d'ouverture et de connaissance partagée avec des régions et des pays où de nouveaux systèmes naissent. Tous les territoires peuvent éclairer nos projets, si nous ne les pensons pas concurrents, tous leurs habitants ont à y gagner.

 

La commission poursuit en 2015 les axes définis en 2014 :

  • Relancer l'échange et le partage des expériences entre les groupes du réseau,
  • Actualiser et élargir la réflexion sur les politiques alimentaires,
  • Capitaliser, valoriser et accompagner les initiatives locales sur les SAAT.

 

Elle travaille sur :

  • Les échelles de territoires et d'organisations collectives pertinentes pour la construction des politiques alimentaires.
  • L'accessibilité à une alimentation pour tous localement.
  • Les questions de logistique et transport.

 

magasin st rivoal