RESEAU CIVAM RESEAU CIVAM CAMPAGNES VIVANTES

Recherche

Pas encore inscrit ? Créer un compte
(Réservé aux membres du réseau, salariés et administrateurs)


Comedie : promouvoir et appuyer les initiatives locales de concertation


1.  Présentation 2.  Actualités

Quelle place de la concertation dans la mise en place de projets alimentaires territoriaux ? Comment accompagner les efforts des acteurs locaux qui s’engagent dans le dialogue et encouragent la participation citoyenne ? Le programme Comedie vise à proposer des ressources pour la concertation….  

 

Le programme Comedie

 

Né en 2000, le programme Comedie a pour objectif de promouvoir les initiatives de concertation locales dans les domaines de l’environnement et du développement local et de renforcer les capacités d’intervention et de conduite de concertation des acteurs non professionnels de ce secteur.

 

La Fondation de France a largement contribué à la mise en place des premières activités de Comédie (rencontres nationales et régionales, ateliers chercheurs-praticiens). Comédie a poursuivi ses activités sous le pilotage de Geyser et de l’Afip. Son site internet – www.comedie.org est devenu en quelques années un site de référence sur les questions de concertation et d’environnement.

 

En 2017, en partenariat avec l’Ifree, l’URCPIE Auvergne-Rhône-Alpes, le Réseau CIVAM s’intègre au programme Comedie, soutenu par la Fondation de France. L’objectif : Comprendre la place de la concertation et du dialogue territorial pour la mise en place de politiques alimentaires territorialisés concertées.

 

 

La concertation, un outil pour la mise en place de politiques alimentaires concertées ?

 

La relocalisation et la réappropriation de l’alimentation par les citoyens suppose de dépasser la juxtaposition des circuits de vente directe, pour construire des systèmes alimentaires territorialisés. Une telle politique alimentaire nécessite le maintien et le développement d’outils adaptés à ces enjeux d’approvisionnement local et de mise en valeur des territoires : ateliers de transformation, abattoirs locaux, marques ou labels territoriaux... Elle nécessite également la mobilisation et l’implication de l’ensemble des acteurs concernés par la construction, la prise de décision et la mise en œuvre de ces stratégies alimentaires : des collectivités aux professionnels agricoles et de la distribution, en passant par la société civile… Mais aujourd’hui, un tel pilotage reste souvent partiel, tant le champ des imbrications entre acteurs est vaste.

 

Face à ces insuffisances, la mise en place de SAAT contribue à développer des démarches structurées de concertation en créant et animant des espaces de dialogue. L’approche par les SAAT s’amorce à partir des spécificités locales et implique de prendre en compte des enjeux multiples, portés par différentes catégories d’acteurs. Elle conduit des acteurs, aux attentes et logiques spécifiques à collaborer pour construire des politiques alimentaires locales. Un décloisonnement est recherché afin de travailler de façon transversale entre les acteurs, les services, les secteurs d’activité. Les enjeux de la participation et de la concertation entre acteurs sont au cœur de la construction des systèmes alimentaires territorialisés.

 

Cette démarche suscite toutefois divers questionnements :

  • Par quels moyens développer une compréhension commune des enjeux pour permettre une collaboration entre acteurs aux intérêts et valeurs différentes ?
  • Comment impliquer les différents acteurs concernés ? Quelle limite à leur mobilisation ?
  • Quels sont les lieux, les instances, les dispositifs de concertation qui permettent aux différents acteurs d’œuvrer ensemble sur la question alimentaire ?

 

C’est pour répondre à ces questions que Réseau CIVAM s’est engagé sur une recherche-action aux côtés de Geyser, de l’Ifree et l’URCPIE Auvergne-Rhone Alpes afin de proposer des méthodes visant à amener les différentes catégories d’acteurs, aux attentes et logiques spécifiques, à collaborer et co-construire ces politiques alimentaires locales.