Mon titre

UN poetit sous titre

Sécheresse, chaleur, vents violents, concentration des précipitations sont autant d’aléas connus mais dont la violence de ces dernières années imposent une réflexion immédiate autour du travail des agriculteurs, et notamment des éleveurs. Il s’agit, pour eux, d’opérer un travail d’adaptation aux changements climatiques et un travail, déjà en cours depuis de nombreuses années dans le réseau, de réduction de leurs impacts voire de maximisation de leurs externalités positives.

  • Ce travail de recueil d’expériences
  • fait état de ces réflexions et des travaux
  • déjà engagés sur le terrain. Il permet de faire un premier inven

Il s’agit, pour eux, d’opérer un travail d’adaptation aux changements climatiques et un travail, déjà en cours depuis de nombreuses années dans le réseau, de réduction de leurs impacts voire de maximisation de leurs externalités positives.

Sécheresse, chaleur, vents violents, concentration des précipitations sont autant d’aléas connus mais dont la violence de ces dernières années imposent une réflexion immédiate autour du travail des agriculteurs, et notamment des éleveurs. Il s’agit, pour eux, d’opérer un travail d’adaptation aux changements climatiques et un travail, déjà en cours depuis de nombreuses années dans le réseau, de réduction de leurs impacts voire de maximisation de leurs externalités positives.Sécheresse, chaleur, vents violents, concentration des précipitations sont autant d’aléas connus mais dont la violence de ces dernières années imposent une réflexion immédiate autour du travail des agriculteurs, et notamment des éleveurs. Il s’agit, pour eux, d’opérer un travail d’adaptation aux changements climatiques et un travail, déjà en cours depuis de nombreuses années dans le réseau, de réduction de leurs impacts voire de maximisation de leurs externalités positives.Sécheresse, chaleur, vents violents, concentration des précipitations sont autant d’aléas connus mais dont la violence de ces dernières années imposent une réflexion immédiate autour du travail des agriculteurs, et notamment des éleveurs. Il s’agit, pour eux, d’opérer un travail d’adaptation aux changements climatiques et un travail, déjà en cours depuis de nombreuses années dans le réseau, de réduction de leurs impacts voire de maximisation de leurs externalités positives.Sécheresse, chaleur, vents violents, concentration des précipitations sont autant d’aléas connus mais dont la violence de ces dernières années imposent une réflexion immédiate autour du travail des agriculteurs, et notamment des éleveurs. Il s’agit, pour eux, d’opérer un travail d’adaptation aux changements climatiques et un travail, déjà en cours depuis de nombreuses années dans le réseau, de réduction de leurs impacts von immédiate autour du travail des agriculteurs, et notamment des éleveurs. Il s’agit, pour eux, d’opérer un travail d’adaptation aux changements climatiques et un travail, déjà en cours depuis de nombreuses années dans le réseau, de réduction de leurs impacts voire de maximisation de leurs externalités positives.Sécheresse, chaleur, vents violents, concentration des précipitations sont autant d’aléas connus mais dont la violence de ces dernières

 

Années imposent une réflexion immédiate autour

 

travail des agriculteurs, et notamment des éleveurs. Il s’agit, pour eux, d’opérer un travail d’adaptation aux changements climatiques et un travail, déjà en cours depuis de nombreuses années dans le réseau, de réduction de leurs impacts voire de maximisation de leurs externalités positivesire de maximisation de leurs externalités positives.

 

Il s’agit, pour eux, d’opérer un travail d’adaptation aux changements climatiques et un travail, déjà en cours depuis de nombreuses années dans le réseau, de réduction de leurs impacts voire de maximisation de leurs externalités positives.Sécheresse, chaleur, vents violents, concentration des précipitations sont autant d’aléas connus mais dont la violence de ces dernières