Pour des
campagnes
vivantes

Maraichage

Accompagner les maraîchers vers plus de durabilité

En novembre 2018, des agriculteurs.trices des CIVAM du pourtour méditerranéen, de moyenne montagne et du Grand Ouest se sont penchés sur la question de la durabilité des fermes maraichères et légumières lors de leur rencontres annuelles. Que regarde-t-on sur une ferme maraîchère ou légumières pour la qualifier de durable : Temps de travail et main d’œuvre bénévole, revenu et efficacité du système, gestion de l’eau et de la matière organique, … ?

Au-delà de cette réflexion, d’autres questions ont émergé sur l’accompagnement des collectifs de maraîchers et maraîchères et sur le soutien à ces productions au travers des politiques publiques.

7 régions concernées
24 groupes Civam impliqués

Un groupe de travail national sur le maraîchage dans les CIVAM

A l’issue de ces échanges, Réseau CIVAM a lancé une dynamique d’échange, de mutualisation et de capitalisation d’outils, méthodes et références à propos de la durabilité des systèmes maraîchers. Outre les outils locaux nécessaires appropriables par les paysans.nes et les animateurs.trices, c’est en effet à travers une démarche nationale que nous trouverons de la cohérence vis à vis des leviers politiques mobilisables pour aider cette filière.

Un Groupe de Travail (GT) national Maraîchage s’est ainsi constitué, avec les groupes Civam (via leurs animateurs.trices et paysans-paysannes référent.e.s) accompagnant des maraîchers et des maraîchères. Il a pour but de :

  • Echanger sur la constitution de collectifs de maraîchers et leur accompagnement dans le réseau (au travers de différents outils et expériences à partager)
  • Caractériser la durabilité des systèmes maraîchers pour les Civam (en se basant sur le travail initié en Méditerranée sur l’adaptation du diagnostic de durabilité pour l’accompagnement des maraîchers et la production de références en maraîchage diversifié)
  • Proposer des éléments (plaidoyer, outils…) pour les politiques publiques pour soutenir les systèmes maraîchers durables.

 

L’accompagnement de groupes de maraichers - maraîchères

Les échanges et partages d’expériences autour des systèmes maraîchers mettent en lumière de nombreux enjeux auxquels les maraîchers et maraîchères doivent faire face. Les constats partagés sont les suivants :

  • L’attente sociétale pour une alimentation de qualité, locale et durable est de plus en plus marquée ; la demande de fruits et légumes de proximité pour la restauration collective augmente. La production locale en maraîchage ne suffit souvent pas à satisfaire ces demandes.
  • Les installations en maraîchage sont aujourd’hui souvent portées par des personnes non issues du milieu agricole, et se font pour la plupart sur des petites surfaces.
  • Certains nouveaux installés rencontrent des difficultés pour pérenniser l’exploitation ou la mener à bien.
  • Les systèmes maraîchers diversifiés sont « gourmands » en main d’œuvre et demandent un temps de travail conséquent pour les exploitant.e.s , pouvant être un frein à la participation à des collectifs d’échanges entre pairs.
  • Les organismes de développement agricoles peuvent manquer de connaissances et d’outils pour mieux accompagner les porteurs de projets (PP) et les projets de relocalisation de l’alimentation.
  • Les maraîchers.chères manquent d’outil de pilotage de leur exploitation dans sa globalité.

Face à ces constats, l’organisation collective est un facteur important pour renforcer les performances économiques, sociales et environnementales des exploitations.

Ces enjeux imposent d’améliorer l’accompagnement des maraîchers et maraichères dans les différentes phases de leurs parcours.

Le GT national sur le maraichage propose de partager les expériences des différents groupes CIVAM sur cet accompagnement des maraîchers et maraîchères et de partager les questions soulevées, afin d’y trouver des réponses collectives :

  • Comment considérer l’ensemble de la ferme et adopter une approche globale ?
  • Comment fixer ses prix ? avec quel(s) outil(s) ?
  • Comment évaluer les impacts de la ferme sur son environnement ?
  • Comment accompagner des maraîchers et maraîchères à construire et maîtriser leurs chiffres, pour favoriser l’autonomie décisionnelle ? Comment les inciter à parler des chiffres en collectif pour faire évoluer les pratiques et accompagner les fermes ?

L’évaluation de la durabilité en maraîchage : pour quoi ? comment ?

Un travail de recensement des projets portant sur l’évaluation des systèmes maraîchers a permis en 2018 de mettre en lumière de réels besoins et intérêts des groupes pour l’évaluation des systèmes maraîchers, en termes de production de références, d’accompagnement des producteurs, de reconnaissance de ces systèmes.

En effet, de nombreux projets et études ont porté sur le maraichage à différentes échelles : références techniques par légumes bien sûr, mais aussi études des micro-fermes maraichères, permaculture, … Ces outils et résultats, même s’ils permettent de réaliser du conseil technique et d’obtenir des informations pour l’installation sur ce type de production, ne permettent pas aux maraichers et légumiers d’aborder leur projet dans une approche globale.

Il existe donc un besoin important de prendre du recul sur les fermes et de disposer de références technico économiques locales. Ainsi, en parallèle des échanges spécifiques à ce sujet au sein du groupe de travail, Réseau CIVAM et les CIVAM du pourtour méditerranéen se sont penchés sur les éléments de durabilité en maraichage. En s’appropriant le diagnostic de durabilité construit par les CIVAM du Grand Ouest, ils en ont fait une analyse critique pour l’adapter et contribuer à l’accompagnement de groupes maraichers. Les résultats de ce travail d’évaluation sur les fermes maraichères permettent également de promouvoir ces systèmes au niveau politique (PAC, MAE, …).

En savoir plus

Pour un meilleur soutien aux systèmes maraîchers durables

Le maraîchage a été le parent pauvre des politiques publiques nationales et européennes. Pourtant la filière est confrontée à des enjeux importants en termes de maintien de la production, de sécurisation des revenus, d’emplois, de viabilité des exploitations et de transition agro-écologique et alimentaire.

Le groupe de travail national travaille ainsi sur des outils à proposer pour une meilleure prise en compte de ces systèmes dans les politiques publiques (MAEc…), afin de les aider à répondre à ces enjeux !

En savoir plus