Pour des
campagnes
vivantes

Changement climatique – Des arbres fourragers pour nourrir les troupeaux ?

Peut-on pâturer les arbres, arbustes et lianes quand il fait sec ?  Le dispositif agroforestier récemment mis en place à l’Inra de Lusignan permettra bientôt de fournir des indications précieuses sur les conditions optimales d’usage, de protection et d’exploitation de nombreuses espèces de ligneux au pâturage, sans trop compliquer le travail de l’éleveur en production laitière. Premiers résultats.

Les ressources en eau et en énergie fossile devenant rares, les systèmes laitiers de demain devront utiliser avec parcimonie l’eau d’irrigation, les fertilisants minéraux azotés et les concentrés exogènes.Le pâturage, pratique économe en eau et en énergie fossile, constitue déjà une bonne réponse à ces contraintes. Mais dans une grande partie de la France, la production herbagère, importante au printemps et dans une moindre mesure à l’automne, est fort réduite en été. Le changement climatique devrait accentuer les périodes de sécheresse et la variabilité interannuelle de la production des prairies. Les arbres et arbustes pourraient alors fournir aux herbivores un fourrage complémentaire.

 

“Les espèces ligneuses (arbres, arbustes et lianes) permettent en effet de diversifier les ressources fourragères, d’offrir un microclimat plus favorable aux animaux, de mieux capter le rayonnement solaire et d’utiliser les ressources en éléments minéraux et en eau des horizons profonds du sol “

 

En savoir plus : “Les arbres, une ressource fourragère au pâturage pour des bovins laitiers”,

 

DES ESPÈCES À PROFIL FOURRAGER INTÉRESSANT

Les dispositifs expérimentaux lancés au domaine Inra de Lusignan ont pour but d’étudier différentes espèces ligneuses pâturables, différentes organisations spatiales et types de protection vis-à-vis du troupeau, et plusieurs modes d’exploitation de ces ressources en production laitière.

  • La valeur nutritive des feuilles collectées en été sur 27 espèces ligneuses fait l’objet d’une large évaluation : valeur énergétique et azotée, teneur en fibres et en tanins condensés, digestibilité, dégradabilité théorique de l’azote.
  • Il en ressort que plusieurs espèces présentent un excellent profil pour leur valeur protéique et énergétique : c’est le cas du mûrier blanc, du frêne, mais aussi le tilleul, l’aulne de Corse et certaines lianes et arbustes.

D’autres espèces conviendraient également pour alimenter en pâturage estival, des animaux à l’entretien ou aux besoins plus modérés que des animaux en lactation.

La valeur fourragère de certaines de ces ressources dites ligneuses pourrait approcher celle de nombreuses espèces fourragères prairiales. Ces ligneux constituent donc une ressource mobilisable intéressante, même pour des animaux laitiers, lorsque les fourrages traditionnellement pâturés viennent à manquer en raison de conditions climatiques défavorables (été, automne).

 

En contribuant à l’alimentation du troupeau au pâturage, cette ressource pourrait donc limiter le besoin en fourrages stockés et en concentrés.

 

70 ESPÈCES ÉTUDIÉES EN HAIES FOURRAGÈRES

Les haies existantes sur la ferme ont été intégrées dans les parcelles pâturées et rendues accessibles aux animaux soit en totalité, soit sur une seule face. Le comportement des animaux et le devenir de ces haies bocagères soumises au broutage seront suivis régulièrement.

De nouvelles haies ont aussi été installées pour étudier le comportement et la valeur fourragère de près de 70 espèces au total, choisies pour leur adaptation au changement climatique (micocoulier, frêne oxyphylle, érable de Montpellier, chêne pubescent…), leur aptitude à utiliser l’azote atmosphérique (sophora, arbre de Judée, aulne glutineux, baguenaudier…), leur productivité (paulownia, alisier, érable sycomore, tremble, saules, tilleuls, ormes…) ou leur capacité à supporter une taille sévère.

Une parcelle forestière a été fortement éclaircie de façon à pouvoir servir d’abri et de ressource fourragère au troupeau avec une conduite en plusieurs strates et le semis d’une prairie adaptée à l’ombrage. Un bosquet de 0,3 ha, fruitier de surcroît, a aussi été installé et les arbres y seront conduits en haut jet, têtards ou taillis.

 

Pour aller plus loin, lire l’article de recherche original : Les arbres, une ressource fourragère au pâturage pour des bovins laitiers”,  par Emile, J.C., Barre, P., Delagarde, R., Niderkorn, V., Novak, S., 2017, Fourrages 230, 155-160

Photo : © Sandra Novak.

Articles similaires

Favoriser le bien-être animal par l’utilisation de médecines douces

De nombreux groupes, au sein du réseau Agriculture Durable de Moyenne Montagne, travaillent sur la thématique du bien-être animal et des soins alternatifs, depuis une dizaine d’années. La question du bien-être animal fait partie de la réflexion autour de l’agriculture durable, en lien avec la relation homme-animal, la recherche d’autonomie et la limitation de l’utilisation d’antibiotiques. Découvrez ci-dessous différentes initiatives et témoignages de paysan.nes du Massif Central .

Agriculture durable
Pourquoi engraisser des animaux au pâturage ?

« Les animaux dans les prés, c’est habituel. Mais les engraisser à l’herbe pâturée l’est beaucoup moins ! » C’est pourquoi le réseau CIVAM a organisé une rencontre d’échanges de pratiques à l’automne en Gâtine, afin de capitaliser sur le sujet et de trouver des pistes de développement. Visites de fermes qui engraissent ovins et bovins à l’herbe et présentation de leur projet de charte de qualité « 100% herbe» ont été l’occasion d’aborder de nombreuses questions. Tour d’horizon.

Agriculture durable
Le travail des «  Pâtureur.ses » à la loupe

Comment se caractérise le travail dans différents types de systèmes pâturants ? Comment accompagner les agriculteur.rices en individuel ou en collectif qui souhaitent changer ou ont déjà changé de système, sur les questions de travail ?

Une animatrice raconte le travail de recherche-action Transaé (2016-2020)

Accompagnement
Agriculture durable
Les bénéfices des cultures associées

Trois ans d’expérimentations viennent de démontrer les multiples intérêts de la culture en associations d’espèces. Un programme de recherche participative, porté avec succès par le CIVAM du Châtelleraudais qui a reçu le « Grand prix de la démarche collective » des Trophées de l’Agro-écologie 2019.

Agriculture durable
Sécuriser l’alimentation du troupeau face aux aléas du climat

Sècheresses chroniques, températures élevées, précipitations aléatoires, printemps précoces et hivers doux, le changement climatique est une réalité pour de nombreux agriculteurs. Face à ce constat, des éleveurs du réseau Agriculture Durable de Moyenne Montagne (ADMM) ont pris les devants et ont testé différentes pratiques permettant d’améliorer la robustesse et la durabilité de leur système fourrager.

Agriculture durable
Pourquoi investir dans un boviduc ?

Dépenser 30 000 €, 50 000 € dans un boviduc ? Vous n’y pensez pas ! Et ma logique économe-autonome? Nombreux sont pourtant les pâtureurs heureux de l’avoir fait : le boviduc permet d’envoyer leur vaches travailler de l’autre côté de la route à la place de l’éleveur, en délestant celui-ci du stress de la traversée de la chaussée avec le troupeau.  Voilà qui plus est un matériel qui ne va pas tomber en panne d’électronique et n’a nul besoin de fioul, ni de lubrifiants pour rendre service au quotidien.  Bref, un investissement “béton”, mais aidé de manière très diverse par les collectivité Trois témoignages.

Agriculture durable