Pour des
campagnes
vivantes

Du balai, les doryphores !

Dans le cadre du volet sur l’autoconstruction de matériel de maraîchage du projet FEADER “PimAB: Pratiques Innovantes en Maraichage Bio”, Civam Agribio 05 a développé, avec l’Atelier Paysan et Toutomarto, un prototype de machine à balayer les doryphores : le landoryfort.

 

Le doryphore : cette bestiole connue et redoutée de tous ceux qui produisent des pommes de terre !

Mais savez-vous que l’insecte jaune et noir est spécifique de cette solanacée : il a un système digestif adapté à la solanine, toxine présente dans ses feuilles ; il en devient lui-même toxique et d’un goût désagréable pour les prédateurs. Les oiseaux qui tentent de le manger auraient des troubles digestifs et s’en souviendraient, se désintéressant de ces insectes dont ils reconnaissent la couleur et les rayures, du fait de l’association du goût et du visuel. Des cas ont néanmoins été observés de dindons prédateurs de doryphores, cette piste devant toutefois être confirmée.

Un des principaux moyens de lutte contre le doryphore était jusqu’en 2018 le traitement à base d’un Bt (Bacillus turingensis) spécifique. La firme qui vendait le produit à base de ce Bt (Novodor) n’a pas renouvelé sa demande d’homologation. Le produit a vu son autorisation expirer fin 2018. Les derniers stocks ont été écoulés en 2019. Actuellement, il est possible de lutter avec des produits à base de spinosad (Success 4 par exemple), mais leur utilisation n’est pas sans soulever des interrogations du fait du spectre très large de cette substance. Nombreux sont ceux qui préfèrent les ramassages manuels au seau, bien qu’ils doivent être répétés souvent.

 

Des techniques d’automatisation de ramassages sont en développement partout dans le monde

Il existe par exemple des aspirateurs géants derrière les tracteurs (Québec) ou des balais rotatifs fouettant le feuillage. C’est cette dernière idée qui a séduit les maraîchers diversifiés sur petites surfaces des Hautes Alpes et a motivé Bertille Gieu (conseillère Civam Agribio 05) à développer un prototype avec l’Atelier Paysan et Toutomarto.

Le principe est le suivant : l’agriculteur pousse un chariot porteur, une perceuse électrique fait tourner 2 balais. Les balais fouettent du bas vers le haut le feuillage de pommes de terre et projettent ainsi les doryphores dans un bac de récupération attaché de l’autre côté de la ligne de pommes de terre. Pour la confection d’un prototype basé sur des vidéos amateurs d’Europe de l’Est, Bertille s’est entourée de ferronniers. En décembre dernier, une formation a été organisée avec 10 maraîchers et maraîchères pour auto-construire des landoryforts. A la fin de la session, chaque maraîcher a pu repartir avec son propre landoryfort !

 

Article de Bertille Gieu, Civam Agribio 05.
Extrait de la Lettre de l’Agriculture Durable n°96 (avril-mai-juin 2021).

 

S’abonner à la Lettre de l’Agriculture Durable

 

 

Articles similaires

Mobilisation & mal-être agricole : les Civam alertent sur les responsabilités du modèle agro-industriel et enjoignent à garder le cap de la transition agroécologique

Face à la mobilisation du monde agricole sur l’ensemble du territoire, les agricultrices et agriculteurs membres du réseau des Civam pointent les responsabilités du modèle agro-industriel dans le mal être paysan et alertent sur le risque de faire des normes environnementales un bouc émissaire.

Agriculture durable
Presse
Premier observatoire bovins viande à l’échelle des Pays de la Loire

Pour la première fois, Réseau Civam compare les performances technico-économiques d’élevages de bovins allaitants engagés en agriculture durable, avec celles des exploitations allaitantes moyennes des Pays de la Loire. Cette comparaison existe depuis plus de dix ans en bovins laitiers à l’échelle du Grand-Ouest.

Agriculture durable
Presse
Les systèmes pâturants, durables et attractifs

L’Observatoire technico-économique du Réseau CIVAM, compare chaque année les performances des fermes pâturantes engagées en agriculture durable, avec les moyennes des fermes laitières du Grand Ouest. La nouvelle édition 2023 vient de paraître, et démontre que les systèmes pâturants* sont plus attractifs pour de nouvelles installations.

Agriculture durable
Presse
Comment gérer les aléas climatiques en maraîchage ?

Sévère épisode de grêle, coups de chaud, alors que les aléas climatiques se multiplient en Pays Basque, des maraîchers membres du Civam BLE témoignent. Comment réagir ? Comment anticiper ? Quelle feuille de route pour rebondir ?

 

Agriculture durable
Propositions
Velages groupés d’automne : de multiples atouts à bien penser

La première motivation du passage en vêlages groupés, c’est la réorganisation et l’allègement du travail. Guillaume Houitte est installé depuis 2008 à Langouët, en Ille-et-Vilaine. À partir de 2014, il oriente son élevage laitier vers un système herbager. En tout herbe depuis 2020, l’élevage compte 55 vaches laitières sur 60 ha. Depuis quelques années, Guillaume est passé en vêlages groupés d’automne, avec des mises-bas de mi-septembre à début décembre. Depuis 2 ans, le tarissement estival lui permet de fermer la salle de traite pendant 2 mois. Témoignage.

Agriculture durable
Propositions
A l’herbe en hiver : pâturage, bale grazing, 100% plein air

Le Pôle Agriculture Durable Grand Ouest (ADGO) s’est réuni fin janvier pour une journée dédiée au pâturage hivernal.
Face aux sécheresses estivales et à des hivers plus doux, une cinquantaine de paysans·annes et d’animateurs·trices des Civam ont échangé sur les aspects techniques d’une pratique qui bouscule les habitudes mais semble faire ses preuves.

 

Photo : Chez David Tregarth, le 27 janvier, les animaux étaient tous dehors. Le système de boîtiers électriques est visible au milieu de la photo. © Marine Benoiste

Agriculture durable