Pour des
campagnes
vivantes

Fermoscopie – Jean-Michel Favier

Depuis maintenant dix ans, Jean-Michel a repris une exploitation en bovin viande qu’il a réorientée afin de valoriser les parcours naturels. Il cherche à réduire le travail de production de fourrages et sa dépendance aux intrants. Ses deux clés pour maintenir la sécurité fourragère de son troupeau dans le changement climatique : le report sur pied et les échanges foin-fumier avec des céréaliers.

Jean-Michel s’installe en 2012 avec sa famille après une carrière de technicien à travers le monde. Il reprend alors une exploitation en bovin viande mixte Aubrac/Charolaise dont le système reposait en grande partie sur la fauche. Il a réorienté son troupeau vers une race Aubrac plus rustique et capable de valoriser davantage les parcours naturels. Il cherche ainsi à réduire le travail de production de fourrage et sa dépendance aux intrants. Il réoriente en même temps les circuits de commercialisation pour passer de la coopérative à la vente directe. Depuis 2021, il peut transformer ses produits grâce à un atelier de découpe bio collectif monté avec l’appui du CIVAM Empreinte.

La ferme en bref

   SYSTÈME D’ALIMENTATION

Système basé sur le pâturage et deux mois d’affouragement avec le foin produit sur l’exploitation

PRODUCTIONS

85 UGB (± 10 selon les années) pour un chargement d’environ 0,37 UGB / ha
60 vaches allaitantes Aubrac pures et croisées Charolaises
3 taureaux (Aubrac, Charolais et Angus)
52 génisses
24 veaux (sevrés à 9 mois)
Taux d’engraissement de la ferme : 70%
Vente directe de veaux 6-8 mois et vaches

ÉCONOMIQUE (2017)

Produits : 64 534 €
Charges : 29 283 €
EBE : 81 524 €
Résultat courant : 53 130 €
Revenu disponible : 56 724 €
Résultat social : 57 605 €

ALÉAS CLIMATIQUES RENCONTRÉS

Sécheresse au printemps et à l’automne (d’avril à novembre). Peu de précipitations pendant deux tiers de l’année couplées à du vent et de fortes chaleurs.

LES CONSÉQUENCES

L’herbe est impactée toute l’année et implique une utilisation précoce du stock d’hiver.

Son défi

Jean-Michel doit composer avec un milieu volcanique séchant mais qui propose une ressource pâturable très diversifiée, à qui sait la valoriser : légumineuses, trèfles, graminées, végétation arbustive (ronce, églantier), sous-bois et prairies mûres.

Sa stratégie

Pour gérer la ressource et assurer son autonomie fourragère toute l’année, Jean-Michel actionne plusieurs leviers complémentaires :

« Je suis beaucoup plus vigilant sur l’aspect génétique et surtout sur l’aspect éducation des animaux parce qu’au plus jeune âge, il faut qu’ils s’habituent à un type de végétation et à une façon de pâturer. En première intention, j’essaie d’avoir du report sur pied capable de se maintenir à la mauvaise saison, de l’herbe déjà grainée et sèche mais qui reste appétente. Mais, je m’aperçois que je n’ai pas assez de surfaces pour avoir du stock sur pied de réserve en cas de très mauvaise année comme 2017. Dans ces cas-là, la mise en réserve est de toute façon limitée. Et mes prairies ont un rendement limité que je ne veux pas forcer.

Dans cette situation, je fais tirer mes bêtes en sous-bois pendant l’été. Elles tiennent bien. Je ne veux pas les faire maigrir pour pouvoir assurer des ventes en boutique. Mais en automne 2017, il n’y avait plus rien. J’ai dû distribuer le foin que j’avais stocké pour les 2 mois d’hiver.
Depuis, avec des collègues du Civam Empreinte, on se met à faire du foin dans la plaine, chez des céréaliers. Pour être en bio, ils allongent leurs rotations et ont des cultures dont ils ne savent pas forcément bien comment les valoriser. Alors, nous, par exemple, on fauche une première coupe de luzerne semencière. C’est toujours mieux que de la broyer. L’échange est gagnant-gagnant. Les sols sont plus profonds en plaine, la réserve d’eau est plus importante. Les rendements sont donc plus sûrs et plus élevés. Nous faisons tout le travail de récolte et payons le foin en fonction du volume récolté. Et en échange, on leur livre du fumier. Pour le moment, tout compris, ça nous revient bien moins cher que de l’acheter et on connaît la qualité de ce qu’on rentre. Actuellement, certains d’entre nous “commandent” même des mélanges sur certaines parcelles pour avoir une récolte plus adaptée à leurs besoins. »

 

Assurer la sécurité fouragère

Pour permettre de pâturer quasiment toute l’année, Jean-Michel fait pâturer en sous-bois l’été, utilise le report sur pied et fauche les intercultures de ses collègues céréaliers de la plaine.

Articles similaires

Mobilisation & mal-être agricole : les Civam alertent sur les responsabilités du modèle agro-industriel et enjoignent à garder le cap de la transition agroécologique

Face à la mobilisation du monde agricole sur l’ensemble du territoire, les agricultrices et agriculteurs membres du réseau des Civam pointent les responsabilités du modèle agro-industriel dans le mal être paysan et alertent sur le risque de faire des normes environnementales un bouc émissaire.

Agriculture durable
Presse
Premier observatoire bovins viande à l’échelle des Pays de la Loire

Pour la première fois, Réseau Civam compare les performances technico-économiques d’élevages de bovins allaitants engagés en agriculture durable, avec celles des exploitations allaitantes moyennes des Pays de la Loire. Cette comparaison existe depuis plus de dix ans en bovins laitiers à l’échelle du Grand-Ouest.

Agriculture durable
Presse
Les systèmes pâturants, durables et attractifs

L’Observatoire technico-économique du Réseau CIVAM, compare chaque année les performances des fermes pâturantes engagées en agriculture durable, avec les moyennes des fermes laitières du Grand Ouest. La nouvelle édition 2023 vient de paraître, et démontre que les systèmes pâturants* sont plus attractifs pour de nouvelles installations.

Agriculture durable
Presse
Comment gérer les aléas climatiques en maraîchage ?

Sévère épisode de grêle, coups de chaud, alors que les aléas climatiques se multiplient en Pays Basque, des maraîchers membres du Civam BLE témoignent. Comment réagir ? Comment anticiper ? Quelle feuille de route pour rebondir ?

 

Agriculture durable
Propositions
Velages groupés d’automne : de multiples atouts à bien penser

La première motivation du passage en vêlages groupés, c’est la réorganisation et l’allègement du travail. Guillaume Houitte est installé depuis 2008 à Langouët, en Ille-et-Vilaine. À partir de 2014, il oriente son élevage laitier vers un système herbager. En tout herbe depuis 2020, l’élevage compte 55 vaches laitières sur 60 ha. Depuis quelques années, Guillaume est passé en vêlages groupés d’automne, avec des mises-bas de mi-septembre à début décembre. Depuis 2 ans, le tarissement estival lui permet de fermer la salle de traite pendant 2 mois. Témoignage.

Agriculture durable
Propositions
A l’herbe en hiver : pâturage, bale grazing, 100% plein air

Le Pôle Agriculture Durable Grand Ouest (ADGO) s’est réuni fin janvier pour une journée dédiée au pâturage hivernal.
Face aux sécheresses estivales et à des hivers plus doux, une cinquantaine de paysans·annes et d’animateurs·trices des Civam ont échangé sur les aspects techniques d’une pratique qui bouscule les habitudes mais semble faire ses preuves.

 

Photo : Chez David Tregarth, le 27 janvier, les animaux étaient tous dehors. Le système de boîtiers électriques est visible au milieu de la photo. © Marine Benoiste

Agriculture durable