Pour des
campagnes
vivantes

Monotraite et bon usage des ressources en système pâturant

Un groupe membre du Civam Adage en Ille et Villaine s’est réuni fin mars pour une journée dédiée à la monotraite.  A partir de la question « comment ne plus traire 2 fois par jour ? », il a exploré différents scénarios, emmenant vers des débats sur le travail et l’exploitation des ressources en système herbager ! Aperçu.

Dans les différentes études menées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, l’Inrae, ou l’Idele, la monotraite apparaît comme un choix motivé par deux aspects :

  • Aspects techniques : gérer le quota, écrêter le pic de lactation, favoriser la reproduction, provoquer un tarissement naturel…
  • Aspect travail : réduire le temps de travail, lisser le pic de travail au printemps, limiter le coût du remplacement, améliorer l’efficacité au travail)…

Le passage en monotraite intégrale produit une baisse de 25 à 30% de la production laitière, sans effet rémanent d’une lactation à l’autre. Son caractère réversible en fait un levier souple et «sans engagement» pour réduire temporairement ou durablement la charge de travail.

La qualité du lait est modifiée en monotraite : +2.8 g/kg de taux butyreux et +1.5 g/kg de taux protéique. La valorisation des taux dans les grilles de prix permet de compenser pour partie la perte économique liée à la baisse de la production.

La monotraite a aussi un effet positif sur la reproduction : les animaux étant en meilleur état, la fertilité et la fécondité sont améliorées. Et la valorisation économique des réformes s’en ressent ! Du côté des charges d’alimentation, l’ingestion annuelle semble stable par rapport à la double traite : de 0 à -10% selon les sources.

Dans les simulations économiques réalisées lors d’un essai à Trevarez (2002-2005), l’impact économique est mesuré sur la marge brute à volume constant (augmentation du cheptel et de la SFP) de l’ordre de + 8000€ ou -38 000€ lorsque le nombre de vaches reste constant. Une chose apparaît clairement : le passage en monotraite ne doit pas s’accompagner d’investissement dans les charges de structures !

Impacts de la monotraite sur la durabilité des systèmes herbagers

Dans le groupe de Bain de Bretagne, membre de l’Adage, certaines fermes pratiquent depuis quelques mois la monotraite toute l’année. D’autres sont en monotraite pendant quelques semaines ou quelques mois, et d’autres l’utilisent le dimanche soir.

Les membres du groupe ont débattu des implications en terme de durabilité de la monotraite, mettant en avant :

  • Le travail : la monotraite permet une meilleure conciliation de la vie perso/pro d’après ses praticien.nes. Pour d’autres personnes, cela change profondément le rapport au travail et à la traite de l’éleveur et de l’éleveuse. « Quel est le nombre d’heure minimal de travail en élevage laitier ? » entend-on… Tiens ! Ce n’est pas fréquent comme question en agriculture !
  •  L’astreinte : Pour celleux qui apprécient la traite du soir comme « un moment tranquille, voire de repos », il n’y a pas d’envie de supprimer ce moment. Mais pour d’autres, cette traite du soir est très contraignante car elle interrompt les activités de l’après-midi. « Je me sens plus efficace en monotraite, plus assidu ».
  • L’usage du foncier : une question fuse : « qu’est-ce qu’on pense du fait de produire -30% de lait sur une même surface ? Est-ce ok d’utiliser du foncier pour moins produire ? ».

Les échanges mettent alors en avant que la monotraite permet de développer le produit viande sur les fermes et que, en se passant de céréales et de concentrés, des ventes de céréales peuvent se développer sur certaines fermes. « Il faudrait tout compter ! »

  • Délégation : Mais alors, certains membres du groupe témoignent de leur souhait de ré-internaliser des tâches habituellement déléguées : « je veux reprendre la main sur la compta, ne plus déléguer autant, devenir plus autonome ».

Donc « tout compter » pourrait aussi vouloir dire compter l’ensemble du temps de travail nécessaire pour l’ensemble des productions ? Hum… beau chantier !

Et vous, vous vous sentez plutôt monotraite ou bi-traite ? Contrainte forte pour les un.es, moment paisible, voire rendez-vous agréable avec ses vaches pour les autres, le rapport à la seconde traite quotidienne est très personnel et fait l’objet de discussions dans le groupe Adage de Bain-de -Bretagne, comme dans bien des collectifs de travail

 

Un article issu de la LAD n°101
Rédigé par Mathilde Lefevre, Christophe et Laurent, groupe de Bain de Bretagne, Civam Adage 35

Aller + loin
Voir la fiche « oser le passage en monotraite en système herbager » (disponible sur cedapa.com)

 

Articles similaires

Mobilisation & mal-être agricole : les Civam alertent sur les responsabilités du modèle agro-industriel et enjoignent à garder le cap de la transition agroécologique

Face à la mobilisation du monde agricole sur l’ensemble du territoire, les agricultrices et agriculteurs membres du réseau des Civam pointent les responsabilités du modèle agro-industriel dans le mal être paysan et alertent sur le risque de faire des normes environnementales un bouc émissaire.

Agriculture durable
Presse
Premier observatoire bovins viande à l’échelle des Pays de la Loire

Pour la première fois, Réseau Civam compare les performances technico-économiques d’élevages de bovins allaitants engagés en agriculture durable, avec celles des exploitations allaitantes moyennes des Pays de la Loire. Cette comparaison existe depuis plus de dix ans en bovins laitiers à l’échelle du Grand-Ouest.

Agriculture durable
Presse
Les systèmes pâturants, durables et attractifs

L’Observatoire technico-économique du Réseau CIVAM, compare chaque année les performances des fermes pâturantes engagées en agriculture durable, avec les moyennes des fermes laitières du Grand Ouest. La nouvelle édition 2023 vient de paraître, et démontre que les systèmes pâturants* sont plus attractifs pour de nouvelles installations.

Agriculture durable
Presse
Comment gérer les aléas climatiques en maraîchage ?

Sévère épisode de grêle, coups de chaud, alors que les aléas climatiques se multiplient en Pays Basque, des maraîchers membres du Civam BLE témoignent. Comment réagir ? Comment anticiper ? Quelle feuille de route pour rebondir ?

 

Agriculture durable
Propositions
Velages groupés d’automne : de multiples atouts à bien penser

La première motivation du passage en vêlages groupés, c’est la réorganisation et l’allègement du travail. Guillaume Houitte est installé depuis 2008 à Langouët, en Ille-et-Vilaine. À partir de 2014, il oriente son élevage laitier vers un système herbager. En tout herbe depuis 2020, l’élevage compte 55 vaches laitières sur 60 ha. Depuis quelques années, Guillaume est passé en vêlages groupés d’automne, avec des mises-bas de mi-septembre à début décembre. Depuis 2 ans, le tarissement estival lui permet de fermer la salle de traite pendant 2 mois. Témoignage.

Agriculture durable
Propositions
A l’herbe en hiver : pâturage, bale grazing, 100% plein air

Le Pôle Agriculture Durable Grand Ouest (ADGO) s’est réuni fin janvier pour une journée dédiée au pâturage hivernal.
Face aux sécheresses estivales et à des hivers plus doux, une cinquantaine de paysans·annes et d’animateurs·trices des Civam ont échangé sur les aspects techniques d’une pratique qui bouscule les habitudes mais semble faire ses preuves.

 

Photo : Chez David Tregarth, le 27 janvier, les animaux étaient tous dehors. Le système de boîtiers électriques est visible au milieu de la photo. © Marine Benoiste

Agriculture durable