Pour des
campagnes
vivantes

Plan de Résilience Agricole : le soutien indispensable aux systèmes agricoles économes et autonomes

A la veille de leur Commission régionale Agro-Environnementale, 6 organisations agricoles et environnementales bretonnes se mobilisent sur les enjeux du plan de résilience agricole et le soutien aux systèmes économes en intrants.

Signataires : CIVAM Bretagne; Confédération Paysanne Bretagne ; Fédération Régionale des AgroBiologistes de Bretagne ; Réseau Cohérence ; Eau et Rivières de Bretagne ; Bretagne Vivante

La période que nous traversons est un véritable choc : choc de civilisation d’abord avec la guerre en Ukraine, choc politique et aussi choc économique qui atteint tous les secteurs d’activité dont l’agriculture. La flambée des prix des carburants, engrais, produits phytosanitaires et autres aliments du bétail vient balayer toutes les certitudes établies. Bien plus encore, c’est une remise en cause profonde et brutale d’un modèle productiviste hyper dépendant des énergies fossiles. Il est d’autant plus violent dans les filières d’élevages hors-sol dépendantes des achats d’aliments extérieurs.

Les plus fervents défenseurs de ce modèle agricole à bout de souffle pratiquent la politique de l’autruche. Ils s’enlisent dans une fuite en avant technologique qui se heurte déjà aux limites énergétiques et écologiques. Le cornucopianisme d’Etat (1) est mortifère lorsqu’il touche à l’agriculture, donc à l’alimentation, qui repose sur les cycles immuables du vivant.

Les remises en cause récentes du Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation de la politique de la Ferme à la fourchette (Farm to Fork) nous inquiètent au plus haut point. Nous craignons de voir les objectifs de transition agroécologique gravement remis en cause, à travers le détricotage de la politique agricole commune.

Depuis des décennies nos réseaux ont développé une expertise reconnue sur les systèmes économes en intrants, autonomes, bio. Nous mettons en avant le lien au sol et l’autonomie. Nous prônons la polycuture-élevage et la sobriété énergétique qui l’accompagne grâce aux animaux et aux légumineuses pour la fertilité des sols. Nous rappelons sans cesse le rôle primordial de la prairie dans la quête d’autonomie, mais aussi pour la diminution des intrants, la qualité de l’eau et son rôle bénéfique pour le climat et la biodiversité. Ces valeurs sont aujourd’hui porteuses de sens et oh combien d’actualité.

Forts de cette expérience, nous pensions naïvement être les plus à même d’apporter ces solutions d’avenir testées et éprouvées depuis de nombreuses années sur le terrain pour le volet agricole du plan de Résilience. Quoi de plus logique pour ce plan que de s’appuyer sur des systèmes économes, autonomes et donc résilients ? Quoi de plus résilient que des fermes qui se passent facilement des importations d’ammonitrates fabriqués à partir d’énergies fossiles (le plus souvent russe) et de tourteaux de soja OGM issus en grande partie de la déforestation de l’Amazonie, le tout avec un impact positif sur la santé du consommateur et du producteur grâce à une agriculture durable et biologique.

Le plan de résilience agricole ne peut se permettre de faire l’impasse sur un abondement conséquent de l’enveloppe d’aides consacrées à ces systèmes plus autonomes et économes. Les besoins de financements des mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) sont importants. Il s’agit là de la mesure de résilience par excellence lorsque le contrat engage l’ensemble de la ferme dans une démarche d’agriculture durable. L’investissement et le succès de ces mesures en Bretagne, première région agricole d’élevage, ne doit pas être stoppé. Il faut se doter des moyens d’une réelle ambition budgétaire pour accompagner tous les éleveurs qui peuvent être acteur de ce tournant agro-écologique.

La frilosité budgétaire des services de l’État en Bretagne pour le financement des MAEC pour la programmation à venir met en péril la réussite de la transition agro-écologique de l’agriculture. L’État doit abonder ces dispositifs pour faire face aux besoins sans zoner arbitrairement les communes éligibles ou pas au dispositif. Compte tenu de l’urgence climatique et des problématiques de qualité de l’eau en Bretagne, il n’est pas entendable que les aides agricoles de la durabilité ne puissent pas être accessibles à tous les agriculteurs sur toute la région !

Les éleveurs bretons qui veulent s’engager dans la mise en place de systèmes de polycultures élevage économes en intrants, autonomes, ont besoin dès aujourd’hui de signaux concrets sur la politique environnementale, sociale et technico-économique de la DRAAF Bretagne et du Conseil régional de Bretagne en faveur de la transition agroécologique. Le renforcement de la trajectoire agroécologique et durable est vital pour les agriculteurs, les consommateurs et la vie dans les territoires.

Nous demandons un soutien fort de l’État et des collectivités dès 2022 pour qu’un maximum d’éleveurs puisse prendre le chemin de l’agroécologie, de l’autonomie et de la durabilité. C’est la clé du maintien d’une agriculture résiliente encore en mesure de produire dans un contexte plus qu’incertain. Il en va de notre indépendance alimentaire, de la vitalité de nos territoires et de l’avenir de notre planète. Les citoyens ne pourraient comprendre un autre choix.

Il existe un réel risque d’abandon massif de l’élevage et des éleveurs, que l’on commence à percevoir. Les agriculteurs ont besoin d’une incitation claire et forte de la part de l’ État pour prendre le chemin de l’autonomie, gage de résilience dans un monde perturbé par la volatilité des cours, voire de pénuries. Si l’objectif du plan de résilience est de garantir la souveraineté alimentaire française, ne pas y inclure un volet fort sur les MAEC serait une erreur historique.

 

Voir le communiqué de presse

 

________________________________________

Signataires & contacts presse 
CIVAM Bretagne / Franck Lebreton – référent MAEC – 06,78,34,64,39
Confédération Paysanne Bretagne / Jean-Marc Thomas – porte parole – 06,77,86,36,96
Fédération Régionale des AgroBiologistes de Bretagne / Sébastien Baron – référent régional Aides – 06,14,39,10,56
Réseau Cohérence / les Co-présidents Marc Pouvreau – 06,08,05,85,87 – et Dominique Pirio – 06,70,96,79,58 –
Eau et Rivières de Bretagne / Jean Peuzin – vice-président – 06,47,21,38,50 –
Bretagne Vivante / Luc Guihard – 02,98,49,07,18 – et Paul Mauguin – 07,89,59,59,74 –

 

(1) Cornucopianisme : croyance en des ressources illimitées et en des innovations permanentes qui permettront de toujours résoudre les problèmes rencontrés par l’humanité

Articles similaires

Il n’y a pas de baguette magique contre la précarité alimentaire

“Une réforme profonde de notre système alimentaire est nécessaire”

En réaction à la “baguette à 29cts”, nous lançons un appel pour une politique publique agricole et alimentaire cohérente, ambitieuse, durable et citoyenne, qui ne laisse pas le marché segmenter la population sur une activité aussi vitale et aussi profondément sociale que celle de se nourrir.
Non, il n’y a aucune alimentation qui est « bien assez bonne » pour les plus pauvres ! Non, nous ne pouvons pas cautionner l’étranglement des producteurs au nom du pouvoir d’achat!

Alimentation
Presse
Quel projet politique pour le réseau des Civam ?

Aurélien Leray, président de Réseau Civam et paysan, nous parle du projet politique et des valeurs que porte le réseau des Civam. Une vidéo tournée en Novembre 2021 à l’occasion des journées nationales des Civam à Mèze en Occitanie

Propositions
Vidéo
Opération pédagogique De Ferme en Ferme : 270000 visites attendues les 23 & 24 Avril 2022 par le réseau des CIVAM, qui espère renouer avec la dimension d’avant Covid

Née dans la Drôme dans les années 90 à l’initiative d’un groupe d’agriculteurs désireux d’expliquer leur métier aux consommateurs, De Ferme en Ferme® a pris une dimension nationale au fil du temps,. La crise sanitaire a durement bousculé cette opération pédagogique annuelle devenue incontournable sur le thème de l’agriculture durable

10 Février 2022

Presse
Les systèmes pâturants offrent une voie d’avenir aux fermes laitières et à leur transmission

L’analyse des différences de résultats 2019 entre les systèmes pâturants* des fermes CIVAM et la moyenne des fermes laitières du Grand Ouest représentée par le RICA (Réseau d’Information Comptable Agricole) met en évidence une différence de stratégie économique : produire de la richesse pour rémunérer du travail ou capitaliser pour produire du volume. Alors que 50 % des éleveurs et des éleveuses cesseront leur activité dans les 15 prochaines années, ces stratégies ont des impacts déterminants sur l’avenir des systèmes laitiers, la transition agro-écologique et le développement de campagnes vivantes.

Presse
Confinement des volailles : Réseau Civam prend position pour les élevages paysans

Depuis l’arrêté ministériel du 4 novembre 2021 dernier, tous les élevages de volailles de France métropolitaine se doivent d’enfermer leurs animaux, le ministre de l’agriculture ayant requalifié le risque lié à l’Influenza Aviaire à la hausse pour lutter contre sa propagation en limitant au maximum le contact avec la faune sauvage. Toutes les volailles, qu’elles soient labellisées ou non, passeront désormais les 2/3 de leur vie enfermées. Les conséquences sont désastreuses pour les élevages paysans de volailles plein air qui ne sont ni les responsables, ni les plus à risques.

Presse
Femmes paysannes: Freins et leviers pour s’installer en agriculture.  

Depuis 20 ans, la proportion de femmes cheffes d’exploitation tourne autour de 25% et les femmes ne représentaient que 29% des nouvelles installées de moins de 40 ans en 2014… En 2019, seules 29,5% des exploitations comptaient au moins une femme à leur tête. Alors quels sont les freins à l’installation des femmes en agriculture paysanne ? Quels leviers mobiliser et quelles préconisations pour changer la donne, que ce soit au niveau individuel, niveau associatif et syndical ou au niveau institutionnel ?

Genre
Installation - Transmission
Propositions