Pour des
campagnes
vivantes

Travail avec des jardiniers sur les semences potagères

Une maison des semences paysannes au Pays Basque ? C’est une réflexion entamée en 2018 lors de l’assemblée générale du CIVAM Bio B.L.E. Depuis, des groupes de paysans se sont structurés, autour des blés population ou du maïs. L’ambition de la maison des semences d’Iparralde (Pays Basque nord) est aussi de créer une dynamique autour des graines potagères.

 

Crédit photo: Civam B.L.E.

À quoi voulons-nous aboutir collectivement dans 1 an autour des semences potagères ? « Structurer un groupe moteur pour produire et échanger les semences de trois ou quatre légumes intéressants ». C’était l’objectif que s’étaient fixé les maraîchers et porteurs de projets à l’initiative de la dynamique. Mais pour les variétés qui paraissent intéressantes à conserver, les paysans ont vite rencontré plusieurs freins (espaces des travaux, temps à passer, hybridations…). De nouvelles réflexions ont donc été lancées en conseil d’administration. Pourquoi ne pas débuter un travail avec des jardiniers amateurs autour de cette thématique ?

Groupe jardiniers

L’idée est donc de créer, en parallèle, un réseau de jardiniers afin de consolider et de diversifier cette démarche de maison des semences. Le travail avec ce public pourrait notamment permettre :

  • de créer un réseau dynamique autour de la biodiversité cultivée au Pays Basque ;
  • de diversifier les lieux de conservation de variétés ;
  • de croiser et valoriser les savoirs et savoir-faire du territoire.

Organisation collective

L’implication des jardiniers est sollicitée sur plusieurs niveaux : participation au recensement de variétés population cultivées à l’aide d’une fiche descriptive (comprenant l’historique, le nom de la variété, l’âge connu de la variété, les caractéristiques des semences, les usages…) et implication dans la réflexion globale du projet de gestion collective de la biodiversité cultivée en Iparralde. Plusieurs rencontres ont eu lieu dans différents secteurs du Pays Basque pour présenter le projet et recenser les personnes motivées. Elles ont permis de dégager un objectif commun pour le groupe « jardiniers » qui fonctionnera en plusieurs groupes locaux avec des référents :

« L’intérêt de ce groupe est d’échanger graines et savoir-faire pour assurer le maintien et le développement de la biodiversité cultivée et la résilience du territoire (répartition des lieux de production/multiplication, autoproduction de graines et adaptation du vivant) » explique Bruno Junquet, référent biodiversité cultivée à BLE.

Encore du travail pour structurer et organiser le fonctionnement de ces groupes mais de belles énergies pour la suite des travaux !

Le CIVAM BLE (Biharko Lurraren Elkartea) en bref

Date de création : 1993
Zone d’action : Pays Basque Nord (64)
Président : Francis Larrea
Nombre d’adhérents : 300
Salarié.es : 8 ETP
Missions : BLE œuvre avec tous les partenaires privés ou publics avec lesquels il est amené à partager son projet ancré au territoire et à ses habitants.
Projets phares : Accompagner vers l’autonomie et l’économie dans les fermes (élevage, systèmes herbagers, grandes cultures, biodiversité cultivée, maraichage, PAM, arboriculture….), accompagner le développement de projets collectifs, structurer des groupes de paysan.nes sur le territoire.

Un article issu de la LAD n°103
Rédigé par Manon Mercier du Civam B.L.E.

Site du Civam B.L.E

Articles similaires

Mobilisation & mal-être agricole : les Civam alertent sur les responsabilités du modèle agro-industriel et enjoignent à garder le cap de la transition agroécologique

Face à la mobilisation du monde agricole sur l’ensemble du territoire, les agricultrices et agriculteurs membres du réseau des Civam pointent les responsabilités du modèle agro-industriel dans le mal être paysan et alertent sur le risque de faire des normes environnementales un bouc émissaire.

Agriculture durable
Presse
Premier observatoire bovins viande à l’échelle des Pays de la Loire

Pour la première fois, Réseau Civam compare les performances technico-économiques d’élevages de bovins allaitants engagés en agriculture durable, avec celles des exploitations allaitantes moyennes des Pays de la Loire. Cette comparaison existe depuis plus de dix ans en bovins laitiers à l’échelle du Grand-Ouest.

Agriculture durable
Presse
Les systèmes pâturants, durables et attractifs

L’Observatoire technico-économique du Réseau CIVAM, compare chaque année les performances des fermes pâturantes engagées en agriculture durable, avec les moyennes des fermes laitières du Grand Ouest. La nouvelle édition 2023 vient de paraître, et démontre que les systèmes pâturants* sont plus attractifs pour de nouvelles installations.

Agriculture durable
Presse
Comment gérer les aléas climatiques en maraîchage ?

Sévère épisode de grêle, coups de chaud, alors que les aléas climatiques se multiplient en Pays Basque, des maraîchers membres du Civam BLE témoignent. Comment réagir ? Comment anticiper ? Quelle feuille de route pour rebondir ?

 

Agriculture durable
Propositions
Velages groupés d’automne : de multiples atouts à bien penser

La première motivation du passage en vêlages groupés, c’est la réorganisation et l’allègement du travail. Guillaume Houitte est installé depuis 2008 à Langouët, en Ille-et-Vilaine. À partir de 2014, il oriente son élevage laitier vers un système herbager. En tout herbe depuis 2020, l’élevage compte 55 vaches laitières sur 60 ha. Depuis quelques années, Guillaume est passé en vêlages groupés d’automne, avec des mises-bas de mi-septembre à début décembre. Depuis 2 ans, le tarissement estival lui permet de fermer la salle de traite pendant 2 mois. Témoignage.

Agriculture durable
Propositions
A l’herbe en hiver : pâturage, bale grazing, 100% plein air

Le Pôle Agriculture Durable Grand Ouest (ADGO) s’est réuni fin janvier pour une journée dédiée au pâturage hivernal.
Face aux sécheresses estivales et à des hivers plus doux, une cinquantaine de paysans·annes et d’animateurs·trices des Civam ont échangé sur les aspects techniques d’une pratique qui bouscule les habitudes mais semble faire ses preuves.

 

Photo : Chez David Tregarth, le 27 janvier, les animaux étaient tous dehors. Le système de boîtiers électriques est visible au milieu de la photo. © Marine Benoiste

Agriculture durable