Pour des
campagnes
vivantes

Fermoscopie – EARL Les Versaines

L’EARL Les Versaines, qui compte 4 associés est installée à Saint-Varens dans les Deux Sèvres (79). Polyculteurs- éleveurs, ils ont en complément de leurs cultures une activité bovine laitière et une activité ovine viande. Leur objectif est de maximiser l’efficacité économique du système et l’autonomie décisionnelle.

SAU : 185 ha – Nombre d’UTH : 4
Sol : Limons sablo-argilo (75 %) , Limons sableux (25 %) Pluviométrie : 600 mm

Cultures :

  • Maïs ensilage
  • Mélange céréales protéagineux
  • Orge d’hiver
  • Prairie permanente
  • Prairies temporaires graminées-légumineuses
  • Sorgho
  • Triticale

Indicateurs technico-économiques (moyenne 2011 à 2015)

1,1 UGB/ha de SFP
Coût engrais = 40 €/ha      Coût pesticides = 8 €/ha
EBE/produits = 50 %           VA/produits = 48 %
EBE/UTH = 52 000 €           VA/UTH = 49 000 €

Objectifs :

  • Améliorer sa valeur ajoutée
  • Réduire l’usage des fongicides
  • Réduire l’usage des herbicides
  • Réduire l’usage des insecticides

Parcours

Qu’est-ce qui t’a amené à produire économe ?

Je souhaitais réduire ma consommation de produits phytosanitaires. Je me posais des questions pour ma santé et celle de ma famille. Dans le même temps, j’ai rencontré des agriculteurs qui travaillaient autrement et qui combinaient pratiques agricoles durables et efficacité économique. Alors, j’ai commencé à remettre mon système en question et j’ai participé, avec le CIVAM, à des échanges avec d’autres agriculteurs, à des formations et des visites qui ont été déclencheurs de changements de pratiques sur ma ferme. Je trouve chaque année de nouvelles solutions techniques et agronomiques que je teste petit à petit, tout en maintenant mes exigences économiques.

Comment t’y es-tu pris ?

Les changements ont été progressifs. D’abord par évitement sur le colza puis par l’introduction de prairies multi-espèces variées pâturées et une remise en question des rotations, avec l’introduction de mélanges d’espèces et de variétés. Je suis également devenu très observateur et attentif à la gestion des matières organiques et au fonctionnement du sol.

Qu’est ce qui était le plus compliqué/ le plus simple ?

Le plus compliqué a été de lutter contre mes propres freins, mes inquiétudes et pour commencer, ne pas traiter ou sortir l’épandeur quand tu as pris ta décision et que tous les voisins sortent !… Le plus simple ? Rien n’est simple ! Rien n’est compliqué ! Tout doit être fait petit à petit.

Si c’était à refaire ?

Je recommencerais sans hésiter ! Je considère que si j’ai pu améliorer le système en changeant mes pratiques, c’est parce que les changements ont été mis en place progressivement, ce qui a permis de ne pas bouleverser l’équilibre de l’exploitation.

De quoi es-tu le plus fier ?

Les changements apportés ont amélioré l’équilibre du système. Ils ont permis le recrutement de 2 personnes, de mieux prendre en compte notre environnement et d’améliorer les résultats économiques. J’ai l’impression d’avoir élargi le champ des actions possibles ! Le mieux, c’est que je travaille aujourd’hui avec beaucoup de plaisir !

Et demain ?

Mon système est en perpétuelle évolution, il y a toujours des choses à améliorer ! J’ai l’impression qu’en ayant changé ma manière de travailler, j’ai plus de marges de manœuvres. Je trouve chaque année de nouvelles solutions techniques et agronomiques que je teste petit à petit, tout en maintenant mes exigences économiques. J’espère donc continuer à améliorer la gestion du pâturage, le travail du sol et la gestion des cultures pour encore améliorer les performances techniques et économiques de l’exploitation.

Les systèmes de culture de l’exploitation

Quatre systèmes de culture sont mis en œuvre sur l’exploitation. Tous les systèmes de cultures comportent une prairie multi-espèce temporaire en tête de rotation, elle constitue la base de ces systèmes. Les cultures qui la suivent sont choisies en fonction des types de sol et des besoins du troupeau.

Focus technique : SdC n° 1 : Maitriser les adventices et réduire sa consommation d’herbicide

Depuis le début des années 2000, Jérôme travaille sur la réduction des pesticides et notamment des herbicides. En 2012, son système basé sur une rotation robuste fonctionnait déjà avec très peu d’herbicides. L’IFT herbicide du système de culture était alors de 0,6.

A partir de 2013, Jérôme a fait évoluer son système de culture afin de se passer complètement des herbicides. La structure de la rotation reste sensiblement la même mais le colza est récolté en dérobée et la totalité des cultures d’automne sont cultivées en mélange. Intégrés dans une rotation diversifiée, les mélanges céréales-protéagineux concurrencent efficacement les adventices (densité et structure du couvert ). Le nombre de passage d’outil liés à la maîtrise des adventices est donc drastiquement réduit sur ces cultures. Le maïs est désherbé uniquement mécaniquement, l’introduction de la herse étrille et de la houe rotative venant se substituer aux herbicides utilisés jusqu’alors.

 

Elevage

Résultats techniques ( moyenne 2013 et 2014 )

Atelier lait :

  • Volume vendu = 724 488 L
  • Nb de vaches = 101
  • Production par vache = 7310 L
  • Coût concentrés = 49 €/1000L
  • Coût fourrager = 17 €/1000L
  • Coût alimentaire = 66 €/1000L
  • Coût vétérinaire = 33 €/1000L

Atelier ovin :

  • Produit viande = 1040 €/UGB ovin
  • Coût concentrés = 186 €/UGB ovin
  • Coût fourrager = 92 €/UGB ovin
  • Frais d’élevage = 92 €/UGB ovin

Conduite du troupeau

Atelier lait :

Reproduction : 1 Taureau ( 60%) + achat de paillettes (40%) Pour gagner en rusticité, Jérôme s’oriente vers un croisement avec 3 races différentes : Montbéliarde (facilité de vêlage, rusticité, productivité, dynamique au pâturage), Rouge Suédoise (qualité de mamelle, fertilité et rusticité) et Jersiaise (docile, bons taux, bonne transformation en lait). Objectif final : Obtenir une vache avec les meilleurs caractères de chaque race et adaptée à son système d’élevage.

Atelier ovin :

Reproduction par voie naturelle. Agnelages de décembre à mars. 80% nourris au pâturage et 20% au foin et mélange céréalier au bâtiment (période d’agnelage).

L’évolution de l’EARL Les Versaines vers l’agro-écologie

Le zoom pédagogique porte sur les étapes de sa transition : de la suppression du premier traitement phyto jusqu’au dernier.

Articles similaires

Fermes en débat, pour questionner sur l’agriculture de demain

Le Réseau des Civam normands propose depuis plusieurs années des rendez-vous automnaux pour le grand public dans les fermes normandes. Chaque soirée ou après-midi permet de questionner les citoyens sur un sujet de société lié à l’agriculture et à l’alimentation d’aujourd’hui et de demain.

 

Agriculture durable
Fermoscopie – Jean-Michel Favier

Depuis maintenant dix ans, Jean-Michel a repris une exploitation en bovin viande qu’il a réorientée afin de valoriser les parcours naturels. Il cherche à réduire le travail de production de fourrages et sa dépendance aux intrants. Ses deux clés pour maintenir la sécurité fourragère de son troupeau dans le changement climatique : le report sur pied et les échanges foin-fumier avec des céréaliers.

Agriculture durable
Fermoscopie
Pâturer une nature qui change : Et demain on pâture quoi ? 

Pâtureur.euse.s de tous poils, de toutes laines et de tous horizons, vous êtes confrontés à des changements climatiques qui remettent en question vos pratiques, vos repères et vos ressources ? Ne manquez pas les prochaines rencontres systèmes pâturants des Civam

Agriculture durable
Monotraite et bon usage des ressources en système pâturant

Un groupe membre du Civam Adage en Ille et Villaine s’est réuni fin mars pour une journée dédiée à la monotraite.  A partir de la question « comment ne plus traire 2 fois par jour ? », il a exploré différents scénarios, emmenant vers des débats sur le travail et l’exploitation des ressources en système herbager ! Aperçu.

Agriculture durable
Sécuriser l’alimentation du troupeau face aux aléas du climat

Sècheresses chroniques, températures élevées, précipitations aléatoires, printemps précoces et hivers doux, le changement climatique est une réalité pour de nombreux agriculteurs. Face à ce constat, des éleveurs du réseau Agriculture Durable de Moyenne Montagne (ADMM) ont pris les devants et ont testé différentes pratiques permettant d’améliorer la robustesse et la durabilité de leur système fourrager.

Agriculture durable
Mission perpet®: l’outil pour bien faire vieillir ses prairies

En septembre dernier, un petit groupe d’agriculteurs et d’agricultrices s’est retrouvé chez Cyrille, éleveur de vaches laitières à Pancé (35) pour tester “Mission PERPET®”, le nouvel outil d’accompagnement collectif au vieillissement des prairies, élaboré par le Réseau Civam, l’Idele et l’Inrae. Reportage.

Agriculture durable