Pour des
campagnes
vivantes

Fermoscopie – Fabienne et Gérard Quinton

Fabienne et Gérard Quinton sont installés à chaillard dans la Mayenne (53) et ont une activité bovine laitière. Ils cherchent à améliorer leur efficacité économique et à préparer la transmission de leur ferme en 2022.

SAU : 39 ha ha (dont 30 ha accessibles au pâturage) – Nombre d’UTH : 2
Sol : Limono-argilo-sableux – Pluviométrie : 640 mm

Cultures :

  • Betterave fourragère
  • Mélange céréales protéagineux
  • Prairie permanente
  • Prairies temporaires graminées-légumineuses

Objectifs :

  • Assurer l’autonomie alimentaire
  • Réduire sa consommation d’énergie
  • Réduire ses coûts de production

Parcours

Elevage

Résultats techniques (2015)

  • Volume vendu =  160 000 L (Coopérative Lait Bio du Maine)
  • Nb de vaches = 30 Prim’Holstein
  • Production par vache =  5 000 L
  • Coût concentrés = 3 € /1000 L
  • Coût fourrager = 49 € /1000 L
  • Coût alimentaire = 52 € /1000 L

 

Gestion du pâturage

  • Pâturage tournant sur 23 paddocks de 1 ha (le reste pour les génisses).
  • Fil avant depuis 3 ans afin de gérer le manque d’herbe ou les parcelles avec de l’herbe trop avancée.
  • Temps de pâture : Toute l’année sauf une quinzaine de jours en janvier quand les prairies sont trop humides. De la mi-novembre à début mars, les vaches sont rentrées en stabulation la nuit.
  • Particularité : Au printemps, le déprimage se fait sur toutes les prairies, Fabienne et Gérard ne prévoient pas quelles parcelles seront fauchées. Ils souhaitent donner la priorité à la pâture, pas aux stocks.
  • Entre 10 et 15 hectares sont fauchés fin mai/début juin avec un rendement qui peut aller de 2,5 à 4 TMS/ha.

Reproduction

  • Taux de renouvellement : 33 %
  • Vêlage à 32-33 mois toute l’année
  • Prim’Holstein pure avec introduction de quelques Montbéliardes (gain de rusticité et meilleure valorisation de la carcasse)

 

Elevage de veaux

Fabienne et Gérard se sont inspirés de Gérard Grandin, initiateur des vaches nourrices dans le réseau.

Ils ont élevé cette année 8 veaux avec des vaches nourrices, à raison de deux veaux par vache. Ces vaches et veaux sont isolés du reste du troupeau dans un paddock proche de l’habitation du couple afin de garder un œil sur eux. Les vaches nourrices sont celles qui disposent d’un taux de cellules élevé.

Cette technique permet de n’avoir aucun animal dans le bâtiment et de ne pas soigner les veaux. Les vaches nourrices permettent non seulement d’alléger le travail fourni par le couple d’agriculteurs mais aussi d’avoir des veaux avec une bonne croissance.

A la pâture avec leur vache nourrice, les veaux consomment de l’herbe à la place du foin et du concentré ce qui constitue une alimentation moins onéreuse mais qui leur permet de bien grandir. Cette bonne croissance pourrait permettre de gagner jusqu’à 6 mois sur l’âge de vêlage.

 

Economie d’énergie

  • 2002 : Installation d’un chauffe eau solaire thermique et d’une chaudière à bois déchiqueté alimenté par les produits de l’exploitation. Ces installations permettent à l’exploitation d’être autonome pour chauffer l’eau du bâtiment. Elles ont aussi permis d’économiser 2500 L de fioul par an pour le foyer.
  • 2009 : Installation d’un pré-refroidisseur permettant de refroidir le lait à 18-22°C. Il permet un gain de moitié du temps de refroidissement.
  • 2013 : Installation de panneaux photovoltaïques 3 kWc (=3000 kWh autoconso/an) qui fournissent la maison et l’exploitation en électricité.
  • 2015 : Installation de panneaux photovoltaïques 9 kWc (=10 000 kWh/an) dont la production est revendue 26 cts / kWh.
  • 2016 : Installation d’un récupérateur de chaleur sur le tank à lait dans le cadre d’un PCAE.

 

Bilan : La consommation du foyer et de l’exploitation de Fabienne et Gérard est passée de 15 000 kWh/an en 2000 à 10 000 kWh/an en 2015 !

 

Articles similaires

Le lin fibre de printemps en agriculture biologique

La conduite de la culture du lin est réputée difficile et son désherbage compliqué, y compris dans des systèmes utilisant des herbicides. Mais suite aux progrès réalisés sur le plan variétal et sur la qualité des semences, s’attaquer à cette culture sans intrants de synthèse est devenu accessible.

Agriculture durable
Du balai, les doryphores !

Dans le cadre du volet sur l’autoconstruction de matériel de maraîchage du projet FEADER “PimAB: Pratiques Innovantes en Maraichage Bio”, Civam Agribio 05 a développé, avec l’Atelier Paysan et Toutomarto, un prototype de machine à balayer les doryphores : le landoryfort.

Agriculture durable
[Témoignage] Pourquoi et comment concevoir ses rotations sans glyphosate ?

Vivien Grandin, éleveur polyculteur à Montravers, dans les Deux-Sèvres (79) gère ses systèmes de cultures sans avoir recours au glyphosate.
Il présente son retour d’expérience au travers d’un témoignage vidéo.

Agriculture durable
Vidéo
PAC 2023 : les Civam proposent de nouvelles mesures pour la transition agroécologique !

Les négociations sur la réforme de la PAC battent leur plein. Dans ce contexte, les Civam, force de proposition en matière de transition agroécologique, ont fait des préconisations pour des mesures propres à soutenir les paysannes et les paysans qui souhaitent faire évoluer leurs fermes vers des systèmes plus économes et plus autonomes.

Dans la lignée des MAEC (Mesures Agro Environnementales et Climatiques) Système actuelles, nous proposons des mesures systémiques, progressives, établies sur la base de contrats pluriannuels et ouvertes sur tout le territoire pour accompagner les exploitations agricoles vers l’agroécologie.  

Agriculture durable
Propositions
Pâturage hivernal, ressource à part entière

Avec quelques points de vigilance, il est possible de faire pâturer des prairies d’âges et de sols variés durant l’hiver sans accélérer leur vieillissement, c’est-à-dire sans dégrader la flore ni perdre en densité du couvert.

Témoignage de Gaëtan Bodiguel, éleveur en Bretagne sud et “sèche”

Agriculture durable
Une filière Graines pour l’alimentation humaine

Lentille, millet, pois chiche, haricot sec, graine de chanvre… Un groupe de paysans chercheurs de Loire-Atlantique s’est lancé dans la production de protéines végétales à destination de l’alimentation humaine. Une filière qui se structure pour permettre la commercialisation en circuits courts mais également l’approvisionnement de la restauration collective en produits de qualité et locaux !

Agriculture durable
Alimentation