Pour des
campagnes
vivantes

Les bénéfices des cultures associées

Trois ans d’expérimentations viennent de démontrer les multiples intérêts de la culture en associations d’espèces. Un programme de recherche participative, porté avec succès par le CIVAM du Châtelleraudais qui a reçu le « Grand prix de la démarche collective » des Trophées de l’Agro-écologie 2019.

RECHERCHE PARTICIPATIVE & ASSOCIATIONS DE CULTURES EN AGRO-ÉCOLOGIE

Porté par le Civam du Chatelleraudais, dans le cadre de l’appel à projets Mobilisation collective pour l’agro-écologie du CasDar*, le projet APACh (Association de Plantes en Agroécologie dans le Châtelleraudais) a mobilisé de nombreux partenaires autour de son programme de recherche participative sur les associations de plantes céréales-protéagineux, mélanges variétaux de blés, colza associé et prairies multi-espèces. 

  • Des partenaires techniques : le CNRS, l’Université de Poitiers, la MFR de Chauvigny, Cultivons la Biodiversité, Lycée Agricole de Thuré (86),
  • Des prestataires scientifiques : les laboratoires Ecologie Evolution Symbiose (EES),  Ecologie et Biologie des Interactions (EBI), ITAB, INRA, ….
  • Et des partenaires financiers en plus du ministère de l’agriculture : la Fondation Liséa, l’Agence de l’Eau Loire Bretagne et la Réserve Parlementaire de Véronique Massonneau,

Les objectifs du collectif étaient d’initier une réflexion sur les associations de cultures et de produire des données issues d’essais en ferme.

Le programme APACh s’est focalisé sur les intérêts des associations de plantes en termes d’utilisation des ressources du sol, de résistance aux bio-agresseurs, d’impacts sur la vie du sol, de biodiversité et de qualité agronomique, nutritionnelle, technologique et gustative. Au total 39 modalités ont fait l’objet de suivis sur 8 fermes,  avec des associations de différentes espèces, différentes variétés, à différentes densités et des témoins en culture pure.

PRODUCTIVITÉ +++

 

Les rendements de chaque culture associées ont été comparées à ceux de ces mêmes cultures cultivées en pur. Dans un contexte d’agriculture biologique, les associations céréales-protéagineux binaires ont des rendements équivalents à celui du blé en pur. Les associations céréales-protéagineux multiples ont quant à eux des rendements supérieurs ou équivalents à ceux du blé pur.

Cependant, les analyses ont montré que dans la vaste majorité des essais, les associations permettent de produire plus de céréales et de protéagineux que si on avait cultivé ces mêmes espèces en pur. Selon les mesures effectuées dans le cadre du projet APACH, il faudrait cultiver en pur plus d’une fois la surface cultivée en mélange pour obtenir la même production (entre 5 et 40 % de surface en plus selon les années et les mélanges). De plus les résultats montrent qu’en cas d’aléas climatiques, les associations céréales-protéagineux complexes (plus de 2 espèces différentes) assurent un rendement supérieur.

 

«Sur les associations, je ne peux qu’affirmer que c’est un plus agronomique et économique non négligeable. Souvent les agriculteurs se mettent des freins sur la technique alors qu’au final c’est sûrement l’aspect le plus simple à régler, des solutions existent ! Si les coopératives bloquent encore pour les céréales-protéagineux, d’autant plus en conventionnel, il faut se tourner vers des éleveurs. Après pour le colza associé, il n’y a aucun problème technique ou de filière, c’est que des plus ! »  Philippe, agriculteur en Châtelleraudais

MICROCLIMAT POUR MACROFAUNE

D’autres observations ont été réalisées, notamment sur la biodiversité de la macrofaune du sol. Sur les 3 ans, les essais céréales/protéagineux ont la macrofaune la plus diversifiée. Ils ont le meilleur équilibre faunistique pour les 5 espèces et familles étudiées (cloportes, araignées, carabes, lombrics et fourmis). En effet, les légumineuses maintiennent mieux l’humidité du sol que les graminées. Elles sont favorables aux cloportes et aux carabes grâce à une hauteur de végétation en strates.

 

MOINS DE MALADIES

Et en matière de maîtrise des bioagresseurs les associations céréales-protéagineux sont également bien placées. En moyenne, les maladies fongiques impactent moins les cultures associées que les cultures pures. Par exemple en 2016, il y a moins de septoriose et de rouille brune (respectivement -20% et -15%) sur les mélanges céréales-protéagineux que sur les cultures pures.

« Finalement faire des associations, c’est l’idée de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ! Mettre plusieurs espèces dans un champ, ça permet de laisser au sol le choix des espèces les plus adaptées. Sur des sols plus difficiles, c’est un vrai avantage ! » Luc, agriculteur en Châtelleraudais

L’étude fait également ressortir l’impact des mycorhizes. Un flyer pour comprendre et favoriser la mycorhization dans ses cultures à télécharger ici

Retrouvez l’intégralité de l’étude et le détail des résultats ici 

PAYSANS ET CHERCHEURS AUTOUR DE L’INTÉRÊT DES CULTURES ASSOCIÉES

 

* Compte d’Affectation Spécial Développement Agricole et Rural du Ministère de l’agriculture (CASDAR).

Articles similaires

Pourquoi et comment diversifier ses productions?

Se diversifier pour plus de durabilité ! C’est l’option choisie par des agriculteurs du réseau agriculture durable en moyenne montagne. S’appuyer sur la biodiversité pour produire, consolider ses revenus en les diversifiant, favoriser l’émergence de dynamiques locales… La diversification des productions en Massif Central comporte plusieurs facettes qui attirent les producteurs. Pour autant, elle implique de nouvelles composantes dans le métier d’agriculteur à intégrer pour qu’elle soit réussie.

Agriculture durable
Installation - Transmission
10 enseignements pour bien faire vieillir ses prairies

Parfois, dans une même ferme, des prairies temporaires arrivent à bien vieillir tandis que leurs voisines, non ! Partant de ce constat, les acteurs du projet PERPET ont étudié l’évolution de prairies bien implantées dans  87 exploitations de bretonnes et ligériennes, pendant quatre ans. Découvrez les conclusions de ce projet de Recherche-Action

Agriculture durable
Le travail des «  Pâtureur.ses » à la loupe

Comment se caractérise le travail dans différents types de systèmes pâturants ? Comment accompagner les agriculteur.rices en individuel ou en collectif qui souhaitent changer ou ont déjà changé de système, sur les questions de travail ?

Une animatrice raconte le travail de recherche-action Transaé (2016-2020)

Accompagnement
Agriculture durable
Changement climatique – Des arbres fourragers pour nourrir les troupeaux ?

Peut-on pâturer les arbres, arbustes et lianes quand il fait sec ?  Le dispositif agroforestier récemment mis en place à l’Inra de Lusignan permettra bientôt de fournir des indications précieuses sur les conditions optimales d’usage, de protection et d’exploitation de nombreuses espèces de ligneux au pâturage, sans trop compliquer le travail de l’éleveur en production laitière. Premiers résultats.

Agriculture durable
Projets d’agroforesterie & travaux sur les arbres fourragers

De plus en plus de groupes Civam s’intéressent à l’agroforesterie, avec différents prismes. Associations entre vergers et maraîchage, arbres fourragers à destination de l’alimentation du troupeau, plantation de haies pour leurs effets brise vent et leurs impact sur la biodiversité… Pleins feux sur différents travaux de groupes :

Agriculture durable
Favoriser le bien-être animal par l’utilisation de médecines douces

De nombreux groupes, au sein du réseau Agriculture Durable de Moyenne Montagne, travaillent sur la thématique du bien-être animal et des soins alternatifs, depuis une dizaine d’années. La question du bien-être animal fait partie de la réflexion autour de l’agriculture durable, en lien avec la relation homme-animal, la recherche d’autonomie et la limitation de l’utilisation d’antibiotiques. Découvrez ci-dessous différentes initiatives et témoignages de paysan.nes du Massif Central .

Agriculture durable