Pour des
campagnes
vivantes

COVID 19 : Cinq organisations lancent la campagne “Portraits de paysan.nes” pour valoriser une autre politique agricole et alimentaire

À l’heure de la deuxième vague épidémique et de ses impacts en matière d’agriculture et d’alimentation, 5 organisations dont le réseau CIVAM, Terre de Liens et la Confédération paysanne, lancent une campagne pour mettre en lumière le travail des paysan.ne.s qui, au quotidien, nourrissent et tissent les liens avec la population. La campagne Portraits de paysan.ne.s (#PourNosPaysans) présente des paysans en action, invite à la mobilisation citoyenne sur les réseaux sociaux et demande aux parlementaires d’adopter des mesures de soutien à l’occasion des discussions du plan de relance (en particulier le 26 novembre et le 1 décembre au Sénat).

Des agriculteurs·rices en première ligne face à la crise

Tous les chiffres le montrent, à côté de la crise du COVID, nous vivons une crise structurelle majeure de notre agriculture. Nos fermes disparaissent par centaines chaque semaine, 1/4 des paysans vivent sous le seuil de pauvreté et 5 millions de français sont demandeurs de l’aide alimentaire, et d’ici la fin de l’année, ils seront 8 millions.

« Cette crise m’incite encore plus qu’avant à coopérer avec d’autres fermes pour organiser sur le territoire la commercialisation de nos productions en circuits courts.» lit-on dans le portrait de Nicolas Verzotti, maraîcher dans le Vaucluse.

Partout en France, lors du premier confinement, un fort engouement vers les magasins de producteurs et les circuits de proximité avait été observé. Cet attrait croissant vers l’agriculture biologique et les circuits courts touche aujourd’hui 25% des producteurs et productrices dans certaines régions, comme la Bretagne. Malgré les difficultés liées à la deuxième vague de crise Covid-19, ces agriculteurs·rices maintiennent des pratiques plus respectueuses de l’environnement et s’adaptent sur le terrain.

« On est paysans, on n’a pas une activité où on s’arrête quand on connaît un revers. On a déjà vécu des périodes de crises climatiques et ça sert de leçon : on est capables d’être forts ensembles. C’est ça, la résilience des agriculteurs ! » partage Jérémie Vandermosten, maraîcher dans l’Aude.

Le rôle stratégique des collectivités

Dans ce contexte, les collectivités territoriales jouent un rôle important dans certaines régions (Occitanie, Centre Val de Loire, Bretagne…), elles ont servi “d’amortisseur” et mis en place par exemple des plateformes alimentaires qui mettent en relation producteurs·rices, artisan·e·s et consommateurs·rices. Dans d’autres régions des « remontées de terrain montrent que l’existence d’un Projet Alimentaire Territorial permet à certains territoires d’être particulièrement réactifs» selon le chercheur Gilles Maréchal dans son étude Manger au temps du Coronavirus.

« Les collectivités doivent prendre en compte les externalités négatives de l’agriculture industrielle et soutenir les circuits courts, l’emploi non délocalisable et la sensibilisation de la population à une autre alimentation responsable », complète Jean-Sébastien Piel, producteur de porcs bio en Ille-et-Vilaine.

Les 5 organisations proposent donc de généraliser ces Projets Alimentaires Territoriaux à l’ensemble du territoire national, et de pérenniser ces dispositifs en leur assurant des moyens d’animation suffisants. Elles plaident par ailleurs pour la mise en place d’une gouvernance locale partagée, impliquant différents acteurs de la chaîne alimentaire (paysan.nes, citoyen.nes, associations, élus…), garante de la fixation des enjeux et du suivi du processus.

« La crise donne raison aux modèles d’agriculture paysanne. Les productions agricoles sont un bien de première nécessité, c’est l’occasion d’intégrer la production alimentaire comme un service public, et de convaincre les décisionnaires d’en favoriser la relocalisation. » souligne Solange Follet, maraîchère dans le Vaucluse.

Des alternatives pour prévenir les prochaines crises et encourager une agriculture durable et une alimentation accessible.

Ces pratiques d’agriculture durable, centrées autour de la résilience, l’autonomie, la solidarité, la souveraineté alimentaire, constituent l’une des solutions pour lutter contre l’industrialisation de l’agriculture ou la déforestation (due à notre dépendance aux protéines végétales importées) et ainsi prévenir des prochaines crises. Notre modèle agricole et alimentaire actuel est en partie responsable de la hausse des épidémies.

« Les moyens vont désormais se concentrer sur le post-Covid alors que d’autres sujets sont tout aussi préoccupants. 2020 sera ainsi la cinquième année consécutive durant laquelle nous devons faire face à des accidents climatiques majeurs sur nos fermes » constate Quentin Delachapelle, producteur de céréales dans la Marne.

Dès lors, le plan de relance et les discussions autour du projet de loi de finances 2021 au Sénat constituent une occasion pour les parlementaires de prendre les mesures adéquates. Parmi elles : le besoin d’investir davantage dans les filières d’agriculture biologique et de qualité, des cantines durables, dans l’autonomie nationale en matière de protéines végétales. C’est aussi et surtout l’occasion de montrer leur soutien aux paysan.ne.s et leurs réseaux d’accompagnement qui encouragent des pratiques agricoles et alimentaires durables et accessibles à tou·te·s.

Pour conclure, quelques mots de Cécile Dubart, paysanne boulangère en Saône-et-Loire : “Il est important pour moi que la ferme ne serve pas qu’à la production alimentaire mais qu’elle soit un lieu de partage, de résistance et de diffusion culturelle. L’humain passe avant tout et c’est par le lien social que nous pourrons empêcher de prochaines crises”

 

Communiqué de presse disponible ici

 

Signataires

Sources et liens  :

Publications en lien avec la campagne sur le constat :

Publications en lien avec les demandes et propositions des organisations signataires :

Articles similaires

Les systèmes pâturants offrent une voie d’avenir aux fermes laitières et à leur transmission

L’analyse des différences de résultats 2019 entre les systèmes pâturants* des fermes CIVAM et la moyenne des fermes laitières du Grand Ouest représentée par le RICA (Réseau d’Information Comptable Agricole) met en évidence une différence de stratégie économique : produire de la richesse pour rémunérer du travail ou capitaliser pour produire du volume. Alors que 50 % des éleveurs et des éleveuses cesseront leur activité dans les 15 prochaines années, ces stratégies ont des impacts déterminants sur l’avenir des systèmes laitiers, la transition agro-écologique et le développement de campagnes vivantes.

Presse
Confinement des volailles : Réseau Civam prend position pour les élevages paysans

Depuis l’arrêté ministériel du 4 novembre 2021 dernier, tous les élevages de volailles de France métropolitaine se doivent d’enfermer leurs animaux, le ministre de l’agriculture ayant requalifié le risque lié à l’Influenza Aviaire à la hausse pour lutter contre sa propagation en limitant au maximum le contact avec la faune sauvage. Toutes les volailles, qu’elles soient labellisées ou non, passeront désormais les 2/3 de leur vie enfermées. Les conséquences sont désastreuses pour les élevages paysans de volailles plein air qui ne sont ni les responsables, ni les plus à risques.

Presse
Nouveau président et nouveau bureau pour Réseau Civam

Le conseil d’administration de Réseau Civam a élu son nouveau bureau et son nouveau président : Aurélien Leray, paysan et éleveur de vaches laitières en Bretagne.

Nouveauté 2021 : l’élection de vices-président.es pour partager cette mandature. Une véritable volonté de cette nouvelle équipe de s’épauler pour porter et défendre la diversité des thématiques travaillées dans le réseau.

 

Presse
Pas d’aide à la transition agro-écologique pour la production de légumes frais dans la future PAC

Lors du CSO du 13 juillet dernier, le Ministre de l’Agriculture donnait ses derniers arbitrages pour la première version du Plan Stratégique National, déclinaison française de la future PAC. Le réseau des CIVAM déplore que la France n’ait pas retenu de MAEC « Système Maraichers Diversifiés » qui aurait permis d’orienter la production de légumes frais vers des systèmes maraichers diversifiés, économes et autonomes.

Presse
Manque d’ambition sur les mesures de transition dans la future PAC : l’agro-écologie ne peut pas attendre la prochaine réforme !

Face aux bouleversements écologiques en cours, l’agro-écologie n’est plus une alternative. Or, en proposant de maintenir au même niveau qu’aujourd’hui le budget des Mesures Agro-Environnementales et Climatiques (MAEC) pour la future PAC, les premiers arbitrages sur le deuxième pilier n’offrent pas la possibilité à toutes les agricultrices et agriculteurs de France de faire face à ces changements.

Presse
PAC : Le changement d’échelle agro-écologique passe par l’agriculture de groupe

Les concertations s’achèvent pour l’élaboration du Plan Stratégique National (PSN) sur le premier pilier de la future PAC et les discussions sur le second vont commencer. Pour la FNCuma, Trame et Réseau Civam, les collectifs locaux d’agriculteurs sont des laboratoires d’innovations sociales, organisationnelles et techniques. Et il est temps qu’ils intègrent l’architecture de la future PAC.

Presse