Pour des
campagnes
vivantes

Manque d’ambition sur les mesures de transition dans la future PAC : l’agro-écologie ne peut pas attendre la prochaine réforme !

Face aux bouleversements écologiques en cours, l’agro-écologie n’est plus une alternative. Or, en proposant de maintenir au même niveau qu’aujourd’hui le budget des Mesures Agro-Environnementales et Climatiques (MAEC) pour la future PAC, les premiers arbitrages sur le deuxième pilier n’offrent pas la possibilité à toutes les agricultrices et agriculteurs de France de faire face à ces changements.

Une politique du status quo

Les épisodes de gels ces dernières semaines, les sécheresses récurrentes, l’érosion continue de la biodiversité… sont sans appel : si le monde agricole veut survivre à ces changements brutaux et être encore en mesure de produire une alimentation accessible à l’ensemble de la population, le renouvellement de nos modes de production vers l’agro-écologie n’est plus une option.

Or les premiers schémas budgétaires fournis par les pouvoirs publics sur le deuxième pilier de la PAC font état d’un maintien des budgets pour les MAEC « Système » à hauteur d’environ 121 millions d’euros par an. Entre 2015 et 2019, environ 14 500 exploitations ont bénéficié de ce dispositif, soit à peine 4% des fermes de France[1]. A budget constant, le nombre de bénéficiaires de cet accompagnement à la transition sera beaucoup trop faible pour être à la hauteur des défis qui s’annoncent. Parallèlement, le budget pour les assurances récoltes pourrait croitre significativement alors que la pertinence de ces mécanismes est de plus en plus contestée en matière d’efficacité de l’action publique[2].

Ces premiers arbitrages font le choix de mobiliser l’argent du contribuable pour payer la casse sur des exploitations qui ont de plus en plus de mal à faire face aux aléas climatiques plutôt que pour les accompagner vers plus de résilience. Pourtant, les MAEC Système – s’appliquant à faire évoluer l’ensemble du système de production vers des pratiques agro-écologiques – ont permis d’engager les fermes qui en ont bénéficié vers des modes de production plus économes et plus autonomes.

Afin d’amener au moins 15% des exploitations Françaises dans cette voie, il faudrait mobiliser plus d’1 milliards d’euros par an sur des MAEC Système ouvertes à toutes les productions et couvrant l’ensemble du territoire. Cette enveloppe, bien qu’encore modeste, est tout à fait mobilisable si la France choisit dès aujourd’hui un taux de transfert des montants du premier vers le second pilier de 15% et si la priorité est donnée à ces mesures plutôt qu’aux mécanismes assurantiels. Ces MAEC devront être accessibles à toutes et à tous en début de contractualisation et mener progressivement leurs signataires vers des systèmes résilients face aux aléas mais contribuant aussi à lutter contre le changement climatique.

Toutes les agricultrices et agriculteurs de France, quel que soit leur territoire et leur système, doivent pouvoir changer leurs modes de production pour faire face aux bouleversements à venir et pour contribuer, eux aussi, à construire le monde d’après.

 

[1] Source : Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

[2] Le système assurantiel basé sur une moyenne quinquennale ne fonctionne plus dans un contexte d’accidents climatiques permanents.

 

Consultez notre communiqué de presse commun

 

Contacts presse :

  • Antoine Delahais (paysans en Normandie, référent PAC pour Réseau CIVAM) : 06 16 90 26 50
  • Goulven Le Bahers (coordinateur PAC à Réseau CIVAM) : 06 87 70 89 95
  • Maud Gilibert (chargée de communication à réseau CIVAM) : 06 41 03 31 35

 

Signataires

 

Articles similaires

Plan de Résilience Agricole : le soutien indispensable aux systèmes agricoles économes et autonomes

A la veille de leur Commission régionale Agro-Environnementale, 6 organisations agricoles et environnementales bretonnes se mobilisent sur les enjeux du plan de résilience agricole et le soutien aux systèmes économes en intrants.

Signataires : CIVAM Bretagne; Confédération Paysanne Bretagne ; Fédération Régionale des AgroBiologistes de Bretagne ; Réseau Cohérence ; Eau et Rivières de Bretagne ; Bretagne Vivante

Presse
Propositions
Il n’y a pas de baguette magique contre la précarité alimentaire

“Une réforme profonde de notre système alimentaire est nécessaire”

En réaction à la “baguette à 29cts”, nous lançons un appel pour une politique publique agricole et alimentaire cohérente, ambitieuse, durable et citoyenne, qui ne laisse pas le marché segmenter la population sur une activité aussi vitale et aussi profondément sociale que celle de se nourrir.
Non, il n’y a aucune alimentation qui est « bien assez bonne » pour les plus pauvres ! Non, nous ne pouvons pas cautionner l’étranglement des producteurs au nom du pouvoir d’achat!

Alimentation
Presse
Opération pédagogique De Ferme en Ferme : 270000 visites attendues les 23 & 24 Avril 2022 par le réseau des CIVAM, qui espère renouer avec la dimension d’avant Covid

Née dans la Drôme dans les années 90 à l’initiative d’un groupe d’agriculteurs désireux d’expliquer leur métier aux consommateurs, De Ferme en Ferme® a pris une dimension nationale au fil du temps,. La crise sanitaire a durement bousculé cette opération pédagogique annuelle devenue incontournable sur le thème de l’agriculture durable

10 Février 2022

Presse
Les systèmes pâturants offrent une voie d’avenir aux fermes laitières et à leur transmission

L’analyse des différences de résultats 2019 entre les systèmes pâturants* des fermes CIVAM et la moyenne des fermes laitières du Grand Ouest représentée par le RICA (Réseau d’Information Comptable Agricole) met en évidence une différence de stratégie économique : produire de la richesse pour rémunérer du travail ou capitaliser pour produire du volume. Alors que 50 % des éleveurs et des éleveuses cesseront leur activité dans les 15 prochaines années, ces stratégies ont des impacts déterminants sur l’avenir des systèmes laitiers, la transition agro-écologique et le développement de campagnes vivantes.

Presse
Confinement des volailles : Réseau Civam prend position pour les élevages paysans

Depuis l’arrêté ministériel du 4 novembre 2021 dernier, tous les élevages de volailles de France métropolitaine se doivent d’enfermer leurs animaux, le ministre de l’agriculture ayant requalifié le risque lié à l’Influenza Aviaire à la hausse pour lutter contre sa propagation en limitant au maximum le contact avec la faune sauvage. Toutes les volailles, qu’elles soient labellisées ou non, passeront désormais les 2/3 de leur vie enfermées. Les conséquences sont désastreuses pour les élevages paysans de volailles plein air qui ne sont ni les responsables, ni les plus à risques.

Presse
Nouveau président et nouveau bureau pour Réseau Civam

Le conseil d’administration de Réseau Civam a élu son nouveau bureau et son nouveau président : Aurélien Leray, paysan et éleveur de vaches laitières en Bretagne.

Nouveauté 2021 : l’élection de vices-président.es pour partager cette mandature. Une véritable volonté de cette nouvelle équipe de s’épauler pour porter et défendre la diversité des thématiques travaillées dans le réseau.

 

Presse