Pour des
campagnes
vivantes

Chiffrer les coûts cachés de notre alimentation ?

Parce que le prix d’un produit ne dit pas tout du véritable coût de notre alimentation… Réseau Civam participe à une grande étude lancée par le Secours Catholique – Caritas France, avec le BASIC et Solidarité Paysan pour estimer les impacts et les coûts engendrés pour les pouvoirs publics par le système alimentaire français actuel.

Combien le consommateur paye-t-il son alimentation ? Et le citoyen ? Le prix d’un produit ne dit pas tout du coût de notre alimentation… Il ne dit rien de l’argent public engagé dans notre système agricole et alimentaire : aides directes, défiscalisation, aides d’urgence, dépollution, maladies professionnelles, santé des consommateurs ou encore financement de l’aide alimentaire… Il ne dit rien non-plus des conséquences nonmonétisables : disparitions des paysans, érosions des sols, perte de biodiversité, recul de l’espérance de vie en bonne santé, accroissement des inégalités…

Des travaux existent mais restent sectoriels

Le BASIC, avec les ONG Pollinis et CCFDTerre Solidaire, a évalué les coûts complets des pesticides dans une vaste étude parue fin 2021. Conclusion : les pesticides coûtent deux fois plus cher au citoyen qu’ils ne rapportent à leurs fabricants ! En effet, ils génèrent chaque année en Europe 2,3 milliards d’euros de dépenses publiques, principalement pour dépolluer l’eau ou traiter les maladies professionnelles. Cela met en évidence une logique de privatisation des profits et de mutualisation des coûts. C’est une information précieuse pour orienter nos choix de politiques publiques et nos choix de production. Un tel travail n’a pourtant encore jamais été fait à l’échelle du système alimentaire dans son ensemble.

Coûts cachés : mettre la question sur la table

Le Secours Catholique, le Réseau CIVAM et Solidarité Paysan mettent la question sur la table, grâce à l’expertise du BASIC – Bureau d’Analyse Sociétale d’Intérêt Collectif.

Les quatre structures lancent l’étude « les coûts cachés de l’alimentation », qui durera jusqu’à mi-2024. Cette étude comportera une phase d’analyse macro-économique et une phase terrain, de confrontation des résultats aux vécus des personnes. L’objectif est de chiffrer la dépense publique, mais aussi de comprendre comment se révèlent ces coûts cachés dans le quotidien des plus précaires et des producteurs.

La conduite du projet

Un comité de pilotage dont nous faisons partie, un comité scientifique et des groupes miroirs sur le terrain assureront le suivi de l’étude. Le Civam 29 travaillera notamment à l’adaptation et au test des résultats auprès de futurs agriculteurs en partenariat avec un établissement d’enseignement agricole.
L’étude donnera lieu en 2024 à la parution progressive de feuillets thématiques. Nous travaillerons les résultats pour les rendre didactiques et adaptés à tous les publics. Ils alimenteront également nos plaidoyers nationaux et locaux.

 

ZOOM mesurer « les coûts sociétaux »

Le BASIC propose une approche par « les coûts sociétaux » = chiffrer la dépense publique associée à notre modèle agricole.
L’étude se déroulera en deux temps :
1. Analyse socio-économique du système alimentaire français actuel, depuis la production agricole jusqu’à la consommation finale :
– Flux, de la création de valeur économique et des acteurs
– Impacts liés à l’alimentation et estimation des coûts engendrés pour les pouvoirs publics
– Soutiens publics qui bénéficient aux acteurs du système alimentaire français
2. Analyse des conditions économiques à une alimentation saine et durable pour tous

 

Un article issu de la LAD n°105
Rédigé par Mélanie Théodore, Réseau Civam

Articles similaires

Revenu paysan : de quoi parle-t-on ?

Payer le prix juste au producteur, qu’est-ce que cela veut dire ?
Le prix payé à l’agriculteur n’est pas que la rémunération de son travail, il vient aussi couvrir des charges ou permettre des investissements liées à des choix productifs. Cette fiche apporte des éclairages indispensables pour prendre de la hauteur et nourrir un débat bien plus vaste sur le prix de notre alimentation : inflationcoûts cachésaccessibilité alimentaire ou encore sécurité sociale de l’alimentation.
Et peut-être résoudre… la quadrature du poireau !

Alimentation
Quelle sera l’alimentation de demain : le réseau des Civam se réunit pour construire des alternatives durables

Les journées nationales des Civam se tiendront les 11-12-13 Octobre 2023 dans le Pays Basque sur le thème “Comment nous nourrirons-nous demain ?”. Rassemblant monde agricole et rural, cet événement sera l’occasion de partager des initiatives et de proposer des solutions.

Alimentation
Évènement
Presse
Bâtir la Sécurité sociale de l’alimentation, pour sortir des logiques de charité

Face à l’urgence alimentaire, le Collectif pour une Sécurité sociale de l’alimentation, dont nous sommes membres, publie une tribune, dans Marianne, pour appeler à sortir des logiques de charité et à construire une Sécurité sociale de l’alimentation.

 

Alimentation
Presse
Restos du cœur : répondre à l’urgence alimentaire ne suffira pas

Dimanche dernier, le président des Restos du Cœur a poussé sur TF1 un réel cri d’alarme. Entre l’inflation et l’explosion de la précarité alimentaire, les associations d’aide alimentaire débordent. Engagé depuis de nombreuses années pour le droit à l’alimentation, Réseau CIVAM appelle le gouvernement à entendre l’alerte lancée par les Restos du Cœur mais aussi et surtout à s’attaquer aux causes structurelles du non-accès à une alimentation durable et de qualité.

Alimentation
Presse
Précarité et aide alimentaire : regards croisés sur les limites d’un système.

A l’occasion de la sortie de leurs ouvrages respectifs – La France qui a faim et Quand bien manger devient un luxe – Réseau Civam a reçu le 12 mai dernier l’anthropologue Bénédicte Bonzi et le journaliste Benjamin Sèze afin d’échanger sur la précarité alimentaire et ses enjeux (en direct et en visio avec le Réseau Civam). De la stigmatisation de la précarité à la démocratie alimentaire, retrouvez les extraits d’une riche discussion.

 

Alimentation
Avec la Sécurité sociale de l’alimentation on fait basculer l’économie par l’alimentation

“Que viendrait selon vous résoudre l’instauration d’une sécurité sociale de l’alimentation ?” C’est la question que pose la Mission Agrobiosciences-INRAE et à laquelle des administrateurs et des salariés membres du Réseau CIVAM ont collectivement tenté de répondre. Si la sécurité sociale de l’alimentation apporte des réponses aux enjeux d’accès à l’alimentation et serait probablement un levier efficace d’accélération de la transition agricole et alimentaire, son ambition est supérieure : elle viendrait corriger l’absence de démocratie dans le système alimentaire

Alimentation
Presse