Pour des
campagnes
vivantes

Hypersensibilité au gluten : avantage aux produits paysans

Depuis 7 ans, des adhérents du BioCivam de l’Aude sont impliqués dans un projet de recherche participative sur le gluten dans les pains et les pâtes. Ses résultats montrent que l’utilisation de levain et la qualité de mouture importent plus  pour la digestibilité que l’ancienneté des variétés.

3% des Français ont supprimé le gluten de leur alimentation (Insee, 2017), le marché des produits sans gluten explose (+ 30 à 50% par an depuis 2009) et la confusion règne dans l’esprit des consommateurs : certains produits artisanaux peuvent-ils tout de même être consommés par les personnes hypersensibles au gluten comme certains le prétendent ? C’est à cette question que le projet de recherche « Gluten, mythe ou réalité ? » piloté par INRAe et le BioC_ivam11, a tenté de répondre.

Né du questionnement des paysans-boulangers et des pastiers remonté du terrain dès 2012, cette recherche a été co-construite avec les agriculteurs, les acteurs des filières céréalières industrielles et artisanales, les techniciens et chercheurs de nombreuses disciplines. Il a aussi bénéficié du concours de médecins et de centaines de consommateurs hypersensibles au gluten.

Ses premiers  résultats confirment l’existence d’une population de personnes se disant sensibles au gluten mais pouvant consommer sans ressentir de symptômes des produits céréaliers issus de certaines filières artisanales.

PAINS ET PÂTES SUR LE GRILL


Lancé en 2015, financé par la Fondation de France, le Conseil régional d’Occitanie et l’Union européenne, le projet a aussi permis de mieux cerner les propriétés des deux principaux produits à base de blé tendre et dur proposés dans les filières industrielles et artisanales, à savoir pains et pâtes. Il a mis en évidence les variations protéiques entre les produits en explorant l’importance de chaque étape de production sur la quantité et la qualité du gluten des produits finis et leur digestibilité.

Ainsi, les produits paysans contiennent une proportion plus importante de protéines facilement extractibles et affichent une meilleure digestibilité invitro.

AVANTAGE AU LEVAIN


Pour les pains, c’est l’utilisation de levain, riche en levures et en bactéries lactiques diversifiées, qui améliore le plus la digestibilité, suivie de  la mouture sur meule de pierre puis de la fermentation longue à basse température.
L’effet variétal, lui, est surtout marqué pour les pâtes, mais l’ancienneté de leur obtention n’est pas un facteur déterminant de la digestibilité.

Attendus par nombre de consommateurs, de pastiers et boulangers-paysans, ces résultats, disponibles en open data, serviront à la conception de cahiers des charges pour la mise en marché de produits à base de blés consommables par des personnes hypersensibles au gluten.

« Nous intégrons ces données scientifiques dans nos fiches techniques sur la fabrication à la ferme et attirons l’attention de nos adhérents sur les étapes qui influent sur la digestibilité du gluten » ajoute Kristel Moinet, du BioCivam de l’Aude, co-coordinatrice du projet avec Dominique Desclaux, chercheuse en agronomie et génétique à l’Inrae.

 

ZOOM / LA RECHERCHE PARTICIPATIVE PRIMÉE

 

Le BioCivam 11 était présent  au dernier Salon de l’agriculture  pour recevoir, avec ses partenaires, le prix pour sa participation au programme « Des semences à l’assiette », via  le projet Gluten. Ce programme, piloté par un collectif d’agronomes, sociologues et biochimistes de l’INRAe avec de nombreux partenaires, porte depuis plus de 20 ans des projets collaboratifs, depuis la sélection participative de variétés de céréales adaptées à l’agriculture biologique et à des systèmes de cultures innovants jusqu’au développement de filières collectives et tiers-lieux.

Le projet Gluten a été primé au dernier salon de l’agriculture lors de la  première édition du prix de la recherche participative, lequel se veut un moyen de mettre en lumière des projets de recherche dans lesquels sont engagés scientifiques et non scientifiques.

Le prix comporte deux  catégories  :

  •  Les projets de « crowdsourcing » (littéralement « approvisionnement par la foule ») dans  lesquels la collecte et/ou l’interprétation de données sont réalisées par des amateurs grâce aux possibilités d’action données par des plateformes numériques. Dans ces projets, la conception des objectifs, des questions et des protocoles de recherche peut être coproduite.
  • Les projets « participatifs » avec approches de coproduction de connaissances qui relèvent, par exemple, de la recherche-action participative ou de la recherche en interaction avec des groupes concernés. Ils sont souvent menés de manière collaborative  avec des scientifiques et citoyens définissant ensemble les objectifs, interprétant ensemble les résultats et partageant la responsabilité du projet, les prises de décisions, les coûts et les risques.

Les résultats détaillés sont à retrouver dans 3 webinaires “Gluten : Mythe ou réalité?”

Voir les webinaires

 

Un article issu de la LAD n°102
Rédigé par Jean-Marie Lusson, Réseau Civam.

Articles similaires

Les recommandations du CNA doivent inspirer la stratégie du gouvernement en matière d’accès à l’alimentation

Après un an de travail, le Conseil national de l’alimentation (CNA) a adopté mercredi 19 octobre son dernier avis « Prévenir et lutter contre la précarité alimentaire ». Sept organisations ayant participé aux travaux du CNA, appellent les pouvoirs publics et en particulier le gouvernement à s’inspirer des recommandations formulées dans cet avis pour orienter sa stratégie en matière d’accès à l’alimentation.

Alimentation
Presse
La précarité alimentaire, oubliée du projet de loi finances

Avec InPACT, nous sommes conscients que la précarité des consommateurs fait écho à celle des producteurs et met en exergue l’impasse de notre système alimentaire.
Alors que la lutte contre la précarité alimentaire fait l’objet d’une trop faible ambition dans le projet de loi de finances, nous appelons au financement d’expérimentations locales de sécurité sociale de l’alimentation.

Alimentation
Presse
Le film “La part des autres” au festival ALIMENTERRE – du 15 octobre au 30 novembre 2022

Produit par le Réseau CIVAM en 2019, le film La Part des Autres a été sélectionné pour l’édition 2022 du Festival Alimenterre. Vous souhaitez connaître le festival, découvrir le film, organiser une projection-débat, trouver une projection près de chez vous ? Toutes les infos sont ici !

Alimentation
Évènement
Il n’y a pas de baguette magique contre la précarité alimentaire

“Une réforme profonde de notre système alimentaire est nécessaire”

En réaction à la “baguette à 29cts”, nous lançons un appel pour une politique publique agricole et alimentaire cohérente, ambitieuse, durable et citoyenne, qui ne laisse pas le marché segmenter la population sur une activité aussi vitale et aussi profondément sociale que celle de se nourrir.
Non, il n’y a aucune alimentation qui est « bien assez bonne » pour les plus pauvres ! Non, nous ne pouvons pas cautionner l’étranglement des producteurs au nom du pouvoir d’achat!

Alimentation
Presse
Projet lauréat : pour un accès digne à l’alimentation durable et de qualité

Le projet TerritoireS à VivreS est lauréat du plan de relance “lutte contre la pauvreté” ! Réseau CIVAM s’associe avec Réseau Cocagne, Secours Catholique, VRAC et l’UGESS pour expérimenter pendant 2 ans de nouvelles manières de lutter contre la précarité alimentaire en considérant toute la chaîne alimentaire, des lieux de productions aux lieux de mobilisation citoyenne.

Alimentation
Partenariats
Presse
Une filière Graines pour l’alimentation humaine

Lentille, millet, pois chiche, haricot sec, graine de chanvre… Un groupe de paysans chercheurs de Loire-Atlantique s’est lancé dans la production de protéines végétales à destination de l’alimentation humaine. Une filière qui se structure pour permettre la commercialisation en circuits courts mais également l’approvisionnement de la restauration collective en produits de qualité et locaux !

Agriculture durable
Alimentation